I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Jeu 18 Avr - 18:45
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & sûrement quelqu’un.Captured so effortlessly, that’s the way it was ; even so naturally, I didn’t know it was love. (Ain’t nobody → Jessie J)Louane soupira sans bruit, s’éloignant de la ville de Morteau en errant aussi pensivement que inexpressivement entre les arbres recouverts de blanc. Caressant quelques lambeaux de neige que des basses branches soutenaient difficilement, elle continua à errer et elle finit même par s’appuyer à un arbre et sortir son carnet de croquis, complétant ses dernières idées de vêtements en y mettant enfin des choix de coloris.

Elle avait été invitée à une soirée mondaine à Genève qui avait lieu le dimanche soir mais elle avait été prise de court par la neige qui s’était mise à tomber. Sans parler du verglas présent en quantité massive sur les routes… Après avoir passé toute une éternité au téléphone, même si elle n’avait pas répondu oralement mais en envoyant des sms, elle en avait retiré qu’elle ne pourrait pas repartir avant le lendemain. Sauf si une solution miracle lui était apportée et que la neige laissait passer les véhicules qui dessalaient les routes trop immaculées.

Assise dans la neige, oubliant fortuitement que la neige ne lui refroidissait pas le corps, elle continua ses croquis de vêtements et en commença même d’autres. Son visage était aussi inexpressif qu’à l’accoutumée, ponctué par un regard tantôt pensif, tantôt excédé, tout en restant un néant d’émotions et de sentiments quelconques. Elle ferma ses paupières un bref instant, à la recherche d’un son qui lui donnerait une couleur intéressante, et un bruit subtil de pas dans la neige, assez éloigné vu que la couleur était très estompée, traversa sa vision. Un bruit subtil qui faisait apparaître une ligne violet glycine.

Ses sourcils se foncèrent imperceptiblement. Du violet glycine ? Avec quelles couleurs l’accorder ? Elle ne savait pas très bien marier les nuances de violet, qu’elle jugeait compliquées à maîtriser quand ce n’était pas Dame Nature qui s’en occupait. Elle soupira silencieusement, omettant totalement qu’un être vivant se rapprochait manifestement d’elle. Elle tapotait la mine de son critérium sur le vague patron de foulard vaporeux qu’elle avait commencé. Du violet glycine, sérieusement… À moins de partir sur une tenue aux couleurs plutôt froides et, surtout, pastel… Plongée dans ses réflexions, toujours inexpressives, elle s’immergea dans sa bulle comme elle savait si bien le faire.
:copyright: 2981 12289 0


Dernière édition par Laora Louane Y. le Dim 7 Juil - 11:24, édité 1 fois

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Dim 21 Avr - 13:59
Moriarty Jessy B.
Messages : 88
Date d'inscription : 29/10/2018
Age : 28
Phoenix de l'Eau

Un simple cliché ou une longue destinée ? Violet glycine ou Lavande

I let Myself Go ft Laora Louanne Y.

Je me baladais tranquillement, il faisait froid je venais tout juste de me prendre un café dans un coffee shop du coin dont je tairais les nom. Ils avaient mal écrit mon prénom sur celui-ci.  Je ne connais personne s’appelant Jessi !
Si seulement ils l'avaient écrit “Jessie” Pourquoi pas… Ce serait passé sans problèmes. Mais la... C’est moche, insipide et sans saveur. Heureusement que ce n’était pas le cas de mon café… Un café Latté caramel. De quoi adoucir mon humeur massacrante et réchauffer mon coeur.
Voyons le bon côté des choses j’étais sortie faire des photos. J’avais ma petite sacoche avec mon appareil à l'intérieur. En attendant de trouver quelque chose d’intéressant… Je m’avançais encore et toujours sans m’arrêter j’étais déjà hors de la ville sans m’en rendre compte tellement je me devais d’avancer. Et malheureusement sans trouver quoi que ce soit qui attire mon regard.

Jusqu’à ce que je la vois elle. Cette femme en train de dessiner, adossée à un arbre, assise sur de la neige, neige l’entourant dans son intégralité de sa douce couleur blanche.

Snow White”  Murmurais-je

Elle semblait si à l’aise ou elle était, il ne manque que les animaux qui se mettent en rond autour d’elle et qu’elle commence à parler à ces derniers.

Mais elle n’avait pas froid assise la directement dans la neige ? Elle pouvait avoir l’air d’une princesse mais tout de même. Soit, je peux très bien la comprendre, elle devait surement être très concentrée elle avait l’air d’être en pleine session créative… Et je sais oh combien il est parfois difficile de se détacher de l’art quand ce dernier nous prends dans le creux de sa main… Mais il me fallait la déranger... Et pourtant je voulais tellement pouvoir la prendre en photo… Elle était si belle. Dans un paysage si pur… J’en suis jalouse de n’y avoir jamais pensé auparavant…
Mais il faut la bouger d’ici… Elle pourrait prendre froid…
Je m’approche alors d’elle délicatement pour m’accroupir à ses côtés en regardant ce qu’elle dessine sur son calepin c’était beau, je ne sais pas exactement ce que c’était mais c’était si beau.

Veuillez-m’excuser demoiselle, je ne souhaites pas vous déranger mais j’aimerais tellement prendre une photo de vous sous cet arbre est-ce que cela vous gênerait ?

Ce n’est pas ce que j’étais sensée lui dire, qu’est-ce qu’il me prends… Au lieu de tout simplement lui demander si tout allait bien, si elle n’avait pas froid je lui ai demandée une photo. Autant me préparer à recevoir une veste en pleine face…

Moriarty Jessy B. & Laora Louane Y.
Moriarty change la teinte de vos lèvre en 9900ff
Awful


Dernière édition par Moriarty Jessy B. le Lun 29 Avr - 14:21, édité 1 fois


_________________
Moriarty change la teinte de vos lèvres sous photoshop en #9900ff

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Mar 23 Avr - 10:51
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & Moriarty Jessy B.I'm a motherfucker woman, I don't need anyone to be holding me too tight. (Woman → Kesha)- Snow White.

Louane fronça légèrement les sourcils mais ne leva pas les yeux de son carnet de croquis pour autant. La ligne d'une improbable couleur de lilas indigo la fit se figer tandis qu'elle imaginait une tenue avec les couleurs qu'elle voyait, paupières closes, puis elle les rouvrit pour continuer ses patrons au critérium. Elle faisait les dégradés de couleurs en fonction de ceux qu'elle pouvait déjà faire avec ce qu'elle avait et n'avait, par conséquent, pas remarqué les pas qui se rapprochaient. Disons plutôt qu'elle les ignorait royalement tant ça ne l'intéressait absolument pas. En revanche, quand elle sentit autant qu'elle vit quelqu'un se baisser à ses côtés, elle referma brusquement son carnet de croquis avant même qu'elle ne fût entièrement accroupi et elle s'éloigna instinctivement de deux mètres dans cette neige étrange, pas froide, qui tenait même avec les 6°C des lieux. Louane savait que cette femme avait pu apercevoir vaguement ce qu'elle faisait et, autant ça aurait pu ne pas la déranger, autant le contexte n'aidait clairement pas la Brune à se faire accepter par notre Styliste qui restait formidablement inexpressive.

- Veuillez m'excuser demoiselle, ( Louane lui lança un regard noir signifiant clairement "je ne t'excuse pas du tout, connasse" ) ( c'était même plus explicite que des mots ) je ne souhaite pas vous déranger ( Louane arqua un sourcil incendiaire ) ( big news, la Brune venait de le faire ) mais j'aimerais tellement prendre une photo de vous sous cet arbre.

Notre Styliste, malgré ses petites mimiques, restait incroyablement inexpressive. Cette fois-là, elle ne réagit pas et se contenta de ranger son carnet de croquis pour en prendre un autre, légèrement plus petit, ainsi qu'un stylo de son sac.

- Est-ce que cela vous gênerait ?

Avec une incroyable vélocité, elle écrivit une phrase. Une simple phrase qui fut couchée sur le papier en moins de cinq secondes, écrit suffisamment gros pour qu'elle pût lire de là où elle était. Si elle tentait de s'approcher, Louane reculerait. Ou grimperait dans un arbre pour qu'elle comprît enfin le message "m'approches pas".

« Et les bonjour c'pour les ordures ? »

Elle lui laissa suffisamment de temps pour lire et elle retourna son carnet vers elle pour se remettre à écrire dessus. Autant cet improbable lilas indigo était beau, autant les mots maladroits de la Brune n'aidaient aucunement notre Styliste à être moins cassante.

« Bonjour, donc. De une, tu m'approches pas. De deux, tu m'as dérangée. De trois, étant donné que tu m'as dérangée : ça me gêne, oui. Étonnamment bien sûr. Et de quatre... T'es qui, au juste ? »

Louane tourna de nouveau le carnet vers la demoiselle et lui laissa, une fois de plus, le temps de lire. La curiosité ne faisait de mal à personne mais massacrer l'espace vital de quelqu'un comme ça, c'était un grand et immense non.
© 2981 12289 0

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Lun 29 Avr - 12:18
Moriarty Jessy B.
Messages : 88
Date d'inscription : 29/10/2018
Age : 28
Phoenix de l'Eau

Un simple cliché ou une longue destinée ?

I let Myself Go ft Laora Louanne Y.

 


Wow au moins ça c’était clair elle ne voulait pas de moi dans les parages… Je pense même que je l’importune totalement… Je le voyais, grâce à son attitude et à ses yeux… Ils étaient perçant. Me demandant de clairement dégager d’ici et me prouvant de milles et une façon à quel point j’étais une gêne pour elle. Dans quoi je me suis embarquée…
Je remarquais tout de suite autre chose est elle muette ? Elle ne me parlait pas… Mais elle écrivait néanmoins sur son bloc à dessin. Elle semblait néanmoins pouvoir m’entendre je tentais à nouveau un contact après mes essais totalement foireux.

Elle ne voulait probablement pas que je l’approche je restais alors en place ou j’étais… Je  pense que ce serait une mauvaise idée que je m’approche et une tout aussi mauvaise idée que je m’éloigne un peu trop. Il fallait que je tente néanmoins de calmer un peu les choses.

“Bonjour, pardonnez mon impolitesse, je suis confuse, je vais me présenter. Moriarty Jessy, Photographe, je me baladais dans ce froid en cherchant des choses intéressante à voir et je vous ai vu, assise ici. Et ça a piqué mon intérêt. Je voudrais si possible prendre une photo de vous sous cet arbre... Et je pourrais si vous le voulez vous offrir un café ou un thé, histoire de vous réchauffer… Je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes assise ici dans le froid mais ce n’est sûrement pas bon pour vous. Vous pourriez tomber malade…”

Je voulais sortir ma carte professionnelle mais je ne crois pas que c’était le bon moment.
Un vent glacial venait de parcourir mon dos. Je ne sais pas si c’était un présage ou juste le vent qui commençait à souffler. En ces temps froids.

Plus le temps passe, plus je me sens gênée. J’ai dérangé une personne qui était tranquillement assise là en plein élan artistique… Enfin du moins je crois que je l’ai interrompue. Elle avait écrit ses “paroles” au crayons à papier sur une nouvelle feuille vierge. Elle ne voulait sûrement pas écrire à côté de ce qu'elle dessinait déjà. Ce que je peux parfaitement comprendre et encore plus quand la personne en question on a pas vraiment envie de la voir.


Il faut vraiment que j’arrive à lui parler. Et surtout que j’arrive à lui retirer cette photo… Elle est… Si belle. Et ce n’est pas tous les jours que l’on peut trouver une jeune fille en train dessiner adossée à un arbre en plein milieu de la neige. Un cadre magnifique, qui me ferais presque couler une larme de joie.
Mais je ne peux pas me permettre d’être trop insistante avec elle, qui sait comment elle pourrait réagir ?






Moriarty Jessy B. & Laora Louane Y.
Moriarty change la teinte de vos lèvre en 9900ff
Awful


_________________
Moriarty change la teinte de vos lèvres sous photoshop en #9900ff

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Mar 30 Avr - 0:06
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & Moriarty Jessy B.I'm a motherfucker woman, I don't need anyone to be holding me too tight. (Woman → Kesha)Louane ignorait totalement le regard scrutateur de la Brune et se contentait d'écrire ce qu'elle avait à dire ; au moins la Brune s'était arrêtée et ne s'avançait plus vers elle. C'était déjà ça de gagné.

- Bonjour, pardonnez mon impolitesse, je suis confuse, je vais me présenter.

Il n'y avait aucun intérêt d'annoncer qu'elle allait se présenter, le faire simplement avait plus de sens. Notre Styliste expira inaudiblement par le nez, créant ainsi une petite fumée due aux températures plutôt fraîches des environs. La neige était presque plus chaude que l'air, ce qui était relativement anormal... pour peu de s'y intéresser - ce qui n'était pas clairement pas le cas de notre Inexpressive.

- Moriarty Jessy, photographe. ( Louane resta de marbre, montrant qu'elle se contrefichait complètement de cette information ) Je me baladais dans ce froid en cherchant des choses intéressante à voir et je vous ai vue, assise ici. Et ça a piqué mon intérêt. ( grand bien lui fît, en aucun cas ça ne regardait Louane ) Je voudrais si possible prendre une photo de vous sous cet arbre... ( un seul non ne lui avait pas suffit ? Notre Styliste lui lança un regard clairement agacé ) ( et excédé ) ( ... et exaspéré ) Et je pourrais si vous le voulez vous offrir un café ou un thé, histoire de vous réchauffer… ( si Louane avait pu, elle aurait ricané ) ( au lieu de quoi, elle se contenta de lui lancer un regard d'apparence aussi méprisant que malicieux ) Je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes assise ici dans le froid mais ce n’est sûrement pas bon pour vous. Vous pourriez tomber malade…

Du chantage, maintenant... Louane regarda longuement Jessy sans bouger, insensible à la brise glaciale qui se levait et agitait leurs cheveux courts. Resserrant ses doigts autour de son stylo noir, un soupir inexpressif s'échappa de ses lèvres dénuées d'humanité. Ses paupières se fermèrent alors qu'elle commençait à écrire quelque chose, ne s'ouvrirent que pour relire ce qui était soigneusement et joliment écrit. Avec la même vélocité qui lui était propre, due à l'habitude.

« Tu sais pas comprendre 'non' quand t'en lis un, toi. Je refuse que tu me prennes en photo. C'est assez clair ? »

Notre Styliste soupira une nouvelle fois, toujours aussi inexpressivement, en tapotant du bout de son stylo un coin de son carnet destiné à ses discussions. Après une courte période de réflexion, elle décida d'ajouter quelques phrases de plus avant de tourner son carnet vers Jessy afin qu'elle pût lire ce que Louane avait écrit.

« Si j'avais froid je me serais plutôt enfermée dans un congélo, madame Know-It-All. »

Une fois sûre que la dadame Moriarty avait bien tout lu, Louane rangea ce carnet dans son sac, montrant ainsi clairement qu'elle se fermait à toute conversation. Elle se redressa, épousseta ses vêtements qui n'étaient même pas humides, ou beaucoup moins que ce qu'ils auraient dû mais notre Styliste n'en avait toujours rien à faire, puis elle alla s'installer confortablement sous l'arbre où elle était précédemment. Elle déconseilla d'un regard noir Jessy de s'approcher d'elle, l'incitant même à reculer... puis elle ressortit ses crayons de papier et se remit à travailler ses croquis de façon à ce que son observatrice ne pût pas voir ce que Louane trafiquait. Il n'en fallut pas plus pour qu'elle retînt le lilas indigo qu'elle avait vu tout le temps où Jessy faisait un son et pour s'immerger dans les nuanciers de violet.

À nouveau, Louane ignorait le monde qui l'entourait... tout en restant consciente de ce qui se tramait.
:copyright: 2981 12289 0

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Mer 1 Mai - 10:05
Moriarty Jessy B.
Messages : 88
Date d'inscription : 29/10/2018
Age : 28
Phoenix de l'Eau

Un simple cliché ou une longue destinée ?

I let Myself Go ft Laora Louanne Y.

 


J’avais énormément de mal à accepter les refus. Et ce depuis que j’étais une enfant. Je ne sais pas si c’est mon côté enfant unique gâtée pourrie, qui fait sa crise parce qu’elle n’a pas eu ce qu’elle voulait. Je lisais ce qu’elle écrivait sur son bloc, et c’était un peu… Vexant. Jamais oh grand jamais je ne me prenais pour quelqu’un qui pense tout savoir.
Je veux bien comprendre que j’envahis son espace personnel mais ses mots sont blessants… Ce n’était peut-être pas voulu… Quoique je me pose la question.
J’essayais tant bien que mal de m’imposer devant ses yeux, mais elle ne semblait pas réellement réceptive. A mon grand désarroi. J’étais déçue. Par moi pour le coup. Je n’avais pas réellement réussi à la persuader. Ou encore à décrocher une conversation décente. Je me sentais un peu, pitoyable. Pour une professeure qui doit traiter avec différents publics, et pour une photographe, normalement les gens dans ce métiers ne sont pas silencieux. Mais éloquent. Ce qui n’était clairement pas mon cas pour le coup.

Je tournais alors mes pieds en direction pour partir un peu agacée de ce qu’il venait de se passer. Je faisais un pas. Et puis je me rappelle que je n’ai pas envie d’abandonner cette idée. Je reviens alors et tente de la persuader à nouveau. Et pourtant elle ne voulait surement plus me voir et encore moins en peinture.

Je me posais alors face à elle. A m’asseoir dans la neige.

“Je vais t’attendre. J’ai envie de te connaître. Et de prendre cette photo surtout. Et je ne bougerai pas tant que je n’aurai pas eu ce que je voulais… Ce serait du gâchis que de laisser passer une opportunité pareille. Un mélange de couleurs pareil. Je veux absolument l’immortaliser et à jamais”

Le sol était froid. Très froid. Du moins c'est ce que j'aurai pu penser au tout début. Comment faisait-elle pour rester ici. Dans un silence plat et m'ignorant totalement.
Je me cachais le bouche et le nez avec mon écharpe pour me tenir car je sentais mon égo un peu touché. Je voulais me cacher pour m'auto-rassurer. Ça fonctionnait, un tout petit peu. Mais c’était quand même dur. Et cela ne faisait qu’une minute que j’étais assise ici. Et je comprends pourquoi elle me traitait de "madame Je sais tout". La neige n'était absolument pas froide. Mais un peu chaude même. C'est si doux.

Je me tenais face à elle en gardant tout de même un minimum de distance histoire qu’elle ne le prenne pas mal. Et je tenais mon appareil photo entre mes mains. Il était allumé. Prête à prendre un cliché à n’importe quel moment.

“Je… Je… Ne bougerais pas”
Je n'avais pas spécialement froid. Au contraire la neige était même chaude et douce. Juste de quoi me réchauffer un peu. Les saisons ce n'est plus ce que c'est... Mais pourquoi donc ? C'est depuis ces événements de l'été. Tout a changé. Je commence à m'éloigne de mon but principal et je me sentais de plus en plus fatiguée, mais je ne voulais pas partir sans cette photo.


Moriarty Jessy B. & Laora Louane Y.
Moriarty change la teinte de vos lèvre en 9900ff
Awful


_________________
Moriarty change la teinte de vos lèvres sous photoshop en #9900ff

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Ven 10 Mai - 2:03
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & Moriarty Jessy B.I'm a motherfucker woman, I don't need anyone to be holding me too tight. (Woman → Kesha)Le violet glycine refit son apparition dans la vision de notre Styliste et elle s'en servit pour terminer la tenue qu'elle était en train de dessiner. Fermant un oeil, elle frictionna ses doigts entre eux en imaginant la texture de différents tissus. Maintenant venait une tâche importante, choisir le bon tissu, la bonne texture, pour obtenir le rendu optimal. Elle fut interrompue dans sa tâche lorsqu'elle vit quelqu'un à la même hauteur qu'elle. Louane plissa les yeux en voyant qu'il s'agissait encore de Jessy. «Mais tu vas me lâcher la grappe, pétasse ?» pensa-t-elle sans dévier son regard de son carnet à dessin, se positionnant de façon à ce que l'autre éclatée du cul ne pût pas voir ce que notre Brune gribouillait - selon elle - sur son carnet. Merde, on pouvait pas être tranquille deux minutes dans ce pays ? Sur une expiration longue et agacée, elle replongea dans ses réflexions de tissus.

- Je vais t’attendre. J’ai envie de te connaître. Et de prendre cette photo surtout.

Notre Styliste avait déjà ressorti son carnet à dessin et arracha un bout de feuille qu'elle envoya à l'autre photographe moins de trois secondes plus tard. Sur ses genoux trônait un bout de papier où était cruellement écrit un simple « Dégage. ». Elle mit son carnet de communication de côté et continua sa réflexion, vu que l'autre ne s'était pas arrêtée dans son monologue.

- Et je ne bougerai pas tant que je n’aurai pas eu ce que je voulais… Ce serait du gâchis que de laisser passer une opportunité pareille.

Elle refit la même démarche, arrachage de bout de papier, envoi sur les genoux de l'autre éclatée du cul, même fermeté. Seul le contenu avait changé, dévoilant un « Ta gueule et dégage ! ». Cela ne l'empêcha pas de continuer son activité première, même si le faire avec une personne ignorant tout du savoir vivre en communauté faisait dire à notre Brune qu'elle devait définitivement être sociopathe pour envisager la tuer sans que ça ne la perturbât outre mesure, tout en sachant qu'elle en était complètement capable.

- Un mélange de couleurs pareil. Je veux absolument l’immortaliser et à jamais.

Louane redressa son regard inexpressif sur la demoiselle dès qu'elle eut fini de parler et pencha sa tête de côté en rangeant ses deux carnets dans son sac, qu'elle remit sur son dos. Elle se leva pour faire quelque pas et s'accroupir face à Jessy... avant de la gifler. Violemment, rapidement, et gratuitement. Enfin non, pas gratuitement pour notre Styliste mais c'était un autre détail. Elle n'attendit pas la réaction de la photographe pour mettre sa main sur la bouche de l'éclatée du cul, serrant fort au point que ses doigts étaient encore plus blancs que d'habitude. Elle s'en fichait. Elle voulait lui faire comprendre ainsi de fermer sa putain de gueule, vu que ses mots ne suffisaient pas. C'était pour ça qu'elle n'aimait pas les êtres soit-disant humains. Aucun d'eux n'était capable de capter qu'un non voulait simplement et seulement dire non. Merde.

Penchant son visage au-dessus de celui de Jessy, notre Brune la regarda avec toute son inexpression avant de jeter cruellement son visage dans le sol en se relevant. Juste pour lui faire enregistrer ses deux "dégage" par des actions, vu que les mots avaient encore moins marché sur ce coup-là - non que ça n'étonnait notre Styliste, vu ce qu'elle pensait de l'humanité. Ah, Louane... tout un univers de finesse et de poésie... Sans plus de formes de procès, elle s'éloigna vers un autre arbre, dont la première branche basse était assez haute. Elle prit quelques pas d'élan, sauta sur le tronc et crocheta ladite branche, avant de s'élever dans l'arbre et de se caler de manière à littéralement tourner le dos à Jessy, sans lui laisser l'opportunité de la photographier non plus.

Un non est un non.
Merde.
:copyright: 2981 12289 0

P.S. : Si tu veux que je modifie un truc, hésites pas. /O/
Sorry hein, Louane est... eeeerh... Louane. /VLAM

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Sam 1 Juin - 7:28
Moriarty Jessy B.
Messages : 88
Date d'inscription : 29/10/2018
Age : 28
Phoenix de l'Eau

Un simple cliché ou une longue destinée ?

I let Myself Go ft Laora Louanne Y.

 


J’étais plutôt persistante dans la moyenne. Et la plupart du temps il ne fallait pas grand chose pour qu’au final j’obtienne ce que je voulais vraiment. Je ne sais pas vraiment si c’est à cause de mon physique ou tout simplement parce que je suis une femme qui sait y faire avec les affaires. Mais ça a toujours été comme ça. Mais elle… Plus je m’impose à elle, moins elle semblait encline à approuver ma demande. Déjà qu’elle ne semblait pas facile d’accès au tout début. Mais maintenant c’est pire. C’est comme si elle pouvait à n’importe quel moment me sauter dessus et me planter ses crayons dans le cou et s’en aller comme si de rien n’était. Pourquoi je ne m’en vais pas dans ce cas ? J’ai vraiment envie de prendre cette photo. Et non ce n’est un caprice d’enfant pourrie gâtée. C’est simplement la manifestation de mon esprit artistique.  

Je la voyais se relever… Ranger ses affaires tranquillement.
C’est donc fini ? Me disais-je dans ma tête. Un peu déçue j’en faisais donc de même, je reprenais mon couvre objectif qui était dans la poche intérieure de ma veste sur mon appareil photo. Je prenais aussi le temps de l’éteindre. Inutile de gaspiller plus de batterie. Et puis mon envie de prendre des photos est passée. Je ne pouvais que pousser un grand soupir…

Attendez. Elle est en train de se rapprocher de moi ? Pourquoi donc ? Finalement elle a changé d’avis elle voudrait bien ? -Cruelle erreur-
Elle venait s’accroupir en face de moi. Restant toujours aussi inexpressive. Mais c’est ce qui lui donnait cet air noble. Comme une princesse tourmentée par son sort. Pour qui sa seule envie est de fuir avec son être aimé, et laisser en place toute ses responsabilités. Haha, je fabule encore.
Mais je n’ai pas pu rêver plus longtemps à vrai dire. Je venais de me prendre la gifle du siècle. Elle était si forte qu’elle aurait presque pu m’assomer sur le coup tellement la douleur était forte.
Je pense qu’elle essayait de me passer un message. Son dernier recours étant la violence
Je voulais réagir mais impossible tout s’est passé si vite je ne pouvais rien faire et simplement subir. J’étais aussi pétrifiée de peur. Je ne pensais pas qu’elle allait agir.

"...”


Rien ne sortait, et de toute façon elle avait sa main collée sur ma bouche, comme pour me dire de me taire sinon ça va très mal se passer.
Elle me regardais alors que j’étais sous elle. Sans expression. Je ne discerne ni joie ni haine. Juste une indifférence imperturbable.  
Quelques secondes plus tard elle me jette tout aussi violemment que fut sa gifle dans la neige, la tête la première et le visage face au sol.
J’étais perdue. Je ne savais plus quoi faire. Je restais là sans bouger une vingtaine de secondes et puis je me tournais le dos au sol, j’enlevais la neige sur mon visage et je regardais le ciel. J’esquissais néanmoins une petite grimace. J’avais mal à la joue. Je suis certaine qu’elle doit être rouge actuellement avec la marque de sa main imprimée dessus.

“Pourquoi.”

Je l’avais probablement mérité. Après tout je devais encore plus envahissante qu’un homme qui passe son temps à draguer énormément de filles en leurs faisant du rentre dedans, dans l’espoir de pouvoir copuler avec ces dernières pour se sentir mieux dans sa misérable vie. Est-ce que je peux vraiment dire que je suis mieux que cette personne au final ?

Je restais là allongée à réfléchir pendant quelques minutes. Et d’un coup d’un pas décidé je me relevais et je regardais autour de moi. Dieu, merci elle n’était pas partie très loin. Je revenais alors me poser en face d’elle en gardant toujours la même distance. D’un coup je me suis remise à sentir une sorte de chaleur sur ma joue. Surement des restes de la gifle que je venais de recevoir de sa main. Comme si même mon corps tentait de me dire ne fais-pas ça. Mais je m’en fiche.  Je n’ai besoin de l’avis de personne et encore moins de mon corps pour décider de ce que je veux faire.
Je passais alors une main dans ma veste pour trouver un stylo et un bloc note tout petit. Je griffonne vite un mot dessus et je venais l’arracher. Puis je la déposais délicatement devant moi dans sa direction. Je ne tremblais pas. J’étais encore plus déterminée maintenant. Je ne voulais juste pas que les choses se passent mal. Je suis bornée ? Oui.

Sur le papier était écrit “Désolée”.
Maintenant encore faudrait-il qu’elle décolle ses yeux de son carnet et ça c’était pas gagné.


Moriarty Jessy B. & Laora Louane Y.
Moriarty change la teinte de vos lèvre en 9900ff
Awful


_________________
Moriarty change la teinte de vos lèvres sous photoshop en #9900ff

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Sam 1 Juin - 16:18
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & Moriarty Jessy B.I'm a motherfucker woman, I don't need anyone to be holding me too tight. (Woman → Kesha)La peur qu'elle voyait dans ce regard ne rompit pas d'un seul picomètre l'inexpression de notre Styliste, la rendit plus inexpressive encore. Au moins se taisait-elle, maintenant, et avec un peu de chance elle dégagerait dès que notre Bune la relâcherait. Ce fut sur cette pensée que Louane rejeta violemment la tête de l'éclatée du cul dans la neige tout en se redressant et grimpant dans un arbre un peu plus loin. Un cercle, quasiment transparent mais dont le lilas indigo se voyait tout de même, apparut dans sa vision une fois qu'elle était calée dos contre le tronc. L'autre s'était donc mise à parler... Elle soupira et décida qu'elle s'en fichait, l'autre éclatée du cul faisait bien ce qu'elle voulait tant qu'elle venait pas la faire chier. Rouvrant ses paupières, Louane ressortit son carnet de dessin et figniola sa tenue de la manière la plus professionnelle qu'elle pût le faire avec seulement quelques critériums. Elle soupira lorsqu'elle dut se servir de son carnet de communication comme règle mais se laissa totalement absorber par sa création.

Elle ne s'arrêta qu'à un seul moment pour regarder dans le vide, comme elle avait l'habitude de le faire lorsqu'elle réfléchissait et qu'elle visualisait la tenue complète et finale, et c'est en revenant vers son carnet qu'elle remarqua que l'éclatée du cul était en contrebas. Elle n'avait pas cherché à se hisser dans l'arbre où Louane s'était exilée, c'était déjà ça... Revenant à sa création sans se soucier de Jessy, elle termina les différents patrons, établit les tissus, différentes tenues dans ce style-là mais pas avec les mêmes dégradés de couleur et s'immergea dans sa passion une fois de plus. Elle avait terminé trois tenues, soit au moins une heure plus tard, quand elle rangea son matériel et qu'elle descendit de l'arbre... sans faire un pas de plus. Elle était toujours là. ... le 'dégage' n'était clairement pas passé. Inexpressive, elle se contenta de regarder le mot qui lui était adressé et... notre Styliste passa simplement une main dans ses cheveux tout en sortant son carnet de communication. Elle écrivit de sa main gauche, d'une écriture toujours aussi soignée, arabesquiale et incroyablement... rapide.

« ... c'pas grave tant que tu me refais plus chier avec ça. Si c'est pour ça que t'es toujours là, casse-toi. Les débiles m'intéressent pas. Si c'est pas pour ça... qu'est-ce tu fous encore là ? »

Ah Louane... Tant de poésie en elle... Elle tourna son carnet vers Jessy pour qu'elle pût lire, tout en lui faisant comprendre via son inexpression qu'elle avait pas intérêt à s'approcher.
:copyright: 2981 12289 0


Dernière édition par Laora Louane Y. le Dim 7 Juil - 10:38, édité 1 fois

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Lun 17 Juin - 11:50
Moriarty Jessy B.
Messages : 88
Date d'inscription : 29/10/2018
Age : 28
Phoenix de l'Eau

Un simple cliché ou une longue destinée ? Violet glycine ou Lavande

I let Myself Go ft Laora Louanne Y.

Le temps semblait presque s’arrêter à mes yeux. J’avais peur au plus profond de moi de sa réaction. Pas qu’elle agisse violemment une nouvelle fois non. Juste d’être ignorée m’aurais je pense achevée, que ce soit dans mon égo ou encore dans mon honneur. Etant donné qu’une heure était déjà passée depuis notre dernier échange elle devrait être un peu plus encline à la discussion… Du moins, je suppose....

Et la par je ne sais quelle chance ou quoi que ce soit elle est finalement descendue de son arbre en  daignant regarder mon petit morceau de papier. Et elle y prêtait un minimum d’attention, suffisamment pour que je ne fonde pas de honte sous toute cette neige… chaude… C’est vrai que la neige était chaude je l’avais presque oublié ça. Les dérèglements climatiques… Ca devient de pire en pire.
Bref ce n’est pas le problème ici je m’occuperais de ça en temps voulu quand il le faudra.
Elle venait de lire ce que j’avais écrit. Dans ma tête je le voyais à son expression elle poussait un soupir, si puissant qu’il aurait pu souffler une montagne à lui seul.
Mais néanmoins je la voyais passer une main dans ses cheveux. Un signe qu’elle s’est calmée peut être ? Je n’en sais pas grand chose, je ne suis pas psychologue et encore moins mentaliste. Même si ce sont tous deux des sujets aussi vastes que passionnant je ne pourrais jamais me faire un revenu sur ce genre d’activités. Et puis la photographie ça me va très bien, même quand ça se passe un peu mal comme maintenant. J’arrive toujours à communiquer via mon art et c’est tout ce qui m’importe.

Attends. Je me perds encore dans mes pensées mais elle… Elle vient de sortir son second carnet et je la vois… Elle s’est mise à griffonner quelque chose de la main gauche. Serait-ce une réponse ?
Oui c’est le cas, vu comment elle tournait le carnet vers moi. Mais je vis son regard qui m’imposait la condition de ne pas m’approcher ou de tenter une quelconque avance. Un regard froid et rempli d’émotions. Ca c’est clair. Le message est passé qui que vous soyez jeune inconnue, sachez que même sans parler je vous ai comprise.
Je ne m’approche donc pas en restant aussi loin même si l’envie de m’approchais me démangeais comme un chien peut avoir envie de se gratter lorsqu’il a des puces.
Mes excuses semblent avoir été entendues. Et la réponse est toute aussi cinglante que les précédentes. Mais elle écrivait avec une certaine délicatesse. Si je ne m’abuse elle me semble êre une artis
Je m'empresse alors de reprendre mon bloc note que j’avais alors rangé dans ma poche dans ma poche de veste une nouvelle fois et je venais prendre une nouvelle feuille non froissée contrairement à la précédente -en même temps après l’avoir tenue si longtemps- pour nouveau écrire quelques mots sur celle-ci. Je n’avais clairement pas une écriture aussi belle que la sienne mais je tentais néanmoins de m’appliquer.

“Non, Non. Je ne suis plus ici pour ça. L’envie m’est passée si je puis dire. Je voulais simplement m’excuser une nouvelle fois à vous, et vous inviter une fois encore à prendre un thé. Ou un café ou tout ce que vous voudrez. Je tiens vraiment à me faire pardonner”

Il est clair que j’étais partie du mauvais pied avec elle et je ne voulais pas que cela finisse comme ça. Qu’elle me fiche une gifle pour mon insistance et puis fin. Non. Ce n’est clairement pas mon genre de délaisser les choses comme ça. Oh ça non.
Je dis ça mais je tremble actuellement comme une feuille de peur que me fiche une nouvelle baffe. Une c’était déjà bien suffisant. Je sentais même encore mes joues légèrement engourdies. Pourvu qu’elle ne prenne pas mal mon invitation et qu’elle l’accepte c’était tout ce que je voulais.


Moriarty Jessy B. & Laora Louane Y.
Moriarty change la teinte de vos lèvre en 9900ff
Awful


_________________
Moriarty change la teinte de vos lèvres sous photoshop en #9900ff

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit le Dim 7 Juil - 11:53
Laora Louane Y.
Messages : 24
Date d'inscription : 20/02/2019
STP - Styliste à Temps Plein
Work all around you...Laora Louane Y. & Moriarty Jessy B.I'm a motherfucker woman, I don't need anyone to be holding me too tight. (Woman → Kesha)Le regard qu'elle portait sur l'éclatée du cul changea quand elle remarqua qu'elle ne bronchait pas et ne faisait pas mine de s'avancer vers elle. Bien qu'il restait totalement et désespérément inexpressif, ses yeux s'étaient plissés ; Louane montrait par ce geste anodin qu'elle était contrariée mais, paradoxalement, ouverte à la discussion. Ce qui était déjà prouvé par le fait qu'elle n'avait pas ignorée l'autre détective du samedi soir... mais bon. S'adossant à l'arbre qui l'avait accueillie, notre Styliste repensa à ses croquis, à toutes les idées en vrac qu'elle avait notées avant de descendre, pendant que l'autre écrivait. Et à la réflexion, faire une collection inter-saison basée sur des couleurs pastel et dans des tons qu'elle n'avait pas l'habitude d'utiliser était une bonne idée, lui permettrait de se diversifier. Se faisant un memento mental de toutes les étapes qu'elle devrait faire, un sourire traversa ses pensées sans émietter d'une once son inexpression faciale. La maison de production allait tellement gueuler... Déjà qu'ils la faisaient profondément chier quand eux ne respectaient pas les délais établis, si en plus elle faisait une collection au pied levé, alors là... Ou elle pouvait aussi se passer de leurs services et en faire une collection flash avec un nombre d'articles limités. Hum. Ça se discutait. Elle verrait ça plus tard, l'éclatée du cul avait fini d'écrire et elle ne s'était pas ouverte à la conversation pour l'ignorer à la première échauffourée.

Louane lut tout en restant taillée dans ce même marbre, agaçant car inexpressif, et elle releva à la fin des yeux plein d'un mépris particulièrement hautain vers la demoiselle. Si son inexpression resta entière, même lorsqu'elle arqua un sourcil aussi hautain que les étincelles dansant dans son regard, elle ne répondit pas aux mots qui lui étaient adressés. Elle était à la fois surprise par la stupidité et par la stupidité de l'éclatée du cul. Stupidité de voir qu'elle prenait son "ta gueule" au pied de la lettre et stupidité parce que le "dégage", à l'impératif qui plus est, avait été totalement élidé. Bah bravo l'évolution... Elle passa donc devant Moriarty et se mit à marcher en direction de Morteau. Sa démarche était souple, étonnamment aérienne et efficace, mais elle marchait assez lentement - difficile d'avancer vite quand son pied s'enfonçait autant dans la neige. À peu près quelques centaines de mètres plus loin, elle jeta un coup derrière elle pour vérifier que l'autre la suivait - et si ce n'était pas le cas, elle s'arrêterait en priant les cieux pour que Jessy ne mît pas trois heures à comprendre que Louane attendait qu'elle la suivît - avant de continuer sa marche d'un pas plus discret, plus leste. Ses pieds ne s'enfonçaient plus dans la neige, qui était plus compacte et éminemment plus dure.

Ce ne fut qu'une fois la ville en vue que Louane commença à écrire sur son carnet de communication mais la rapidité et la concision de son message fut tel qu'en moins de quinze secondes, elle avait placé son carnet au-dessus de son épaule de manière à ce que l'autre pût lire. « À quel point tu te respectes pas pour vouloir te faire pardonner d'avoir essayé ? » La question était sèche, assez cassante même, et si Louane se fichait de la réponse elle reprit son carnet pour y ajouter autre chose, qu'elle lui montra de la même façon quelques instants plus tard, sans cesser de marcher. Juste par économie de temps. « Et t'es con. Mon "ta gueule" voulait pas dire "arrête de parler et écris", juste "arrête de me poser la question quand j'ai déjà dit non". » Elle rangea son carnet quelques instants après, lorsqu'elle descendit la petite bute la menant à la route, qu'elle traversa sans regarder à gauche ou à droite. Vu la neige amoncelée sur le goudron, aucune voiture n'avait une chance de rouler dessus - si les camions de dessalage et les chasses-neige n'y arrivaient déjà pas... Marchant en silence, toujours aussi inexpressivement, elle sinua dans les abords puis dans la ville avant de désigner deux devantures ; l'une d'un salon de thé, l'autre d'un bar qui faisait salon de thé. Ah la nuance était de taille...

Et elle s'était arrêtée au milieu de la route.
Évidemment.
:copyright: 2981 12289 0

I let myself go... [PV : Jessy]

Écrit
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

La date/heure actuelle est Mer 21 Aoû - 21:18