Partagez
Aller en bas

 I- L'art d'ouvrir des portes et des fenêtres. [PV : Nu Wa ~]

avatar
AIAD - Ancien Insaisissable et Abordable de la DAT
Suüøniemison T. Liëen
Messages : 131
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 52
Localisation : Dans le monde.

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 1 Nov - 16:31

©️ Yamashita sur épicode

And I will
sleep very well in my own bed.




16:24, mercredi 24 octobre 2018. Liëen caressa avec tendresse un pan de l’écorce mouillée de l’arbre qui l’avait abrité durant la pluie mortelle de l’été 2018, s’accroupissant pour effleurer vaporeusement un tranchant d’herbe humide. Depuis cet événement, il percevait la pluie autrement ; elle était devenue un symbole de renouveau, de paix, de sérénité. Un symbole du changement juste et bon. Il sourit et se redressa, reprenant sa promenade. Il avait plu la veille et une irrépressible envie d’aller se ressourcer sa forêt s’était emparé de lui depuis. Heureusement que son travail lui permettait quelques pauses de temps à autres et qu’il était passé maître dans l’art de déléguer des tâches pour se libérer plus de temps pour ses pauses. Il avait invité Nu Wa à le rejoindre dans la forêt et, comme d’habitude, il n’avait absolument aucune idée de là où elle avait pu aller se rouler en boule et s’endormir. Ou peut-être ne faisait-elle que somnoler… ? Tout en marchant d’une démarche sereine, il s’étira de tout son long, paumes tournées vers les ramures des arbres qui laissaient filtrer un peu de lumière. Il fit le tour de son arbre, caressant l’écorce et chantant Battle Symphony aux feuilles qui frémissaient sous la brise automnale, légère, qui les caressait. Son casque sur les oreilles, son portable de « l’ancienne génération » dans une des poches sous sa cape, il reprit sa route à travers la forêt.

I got a long way to go… and a long memory.

La chanson, qui avait été mise en boucle par ses soins, recommença. Et, alors qu’il s’enfonçait dans la forêt d’un pas léger et paisible, il se remit à chanter. Ses doigts se mirent à claquer en rythme avec la mélodie qui pulsait dans ses oreilles et, aussi insaisissable que la brise automnale, il continua sa route jusqu’à une des nombreuses petites clairières de la forêt. À la fois éclairée, réchauffée par le soleil mais dont la lumière était suffisamment tamisée pour ne poser aucun problème. Liëen ne fut même pas étonné d’y voir une silhouette allongée, le visage stratégiquement à l’ombre. Il s’avança et s’assit vaporeusement en seiza aux côtés de ces paupières fermées qui, pour l’instant, ne pouvait pas lui indiquer si elle dormait, si elle somnolait ou si elle était simplement en train de se reposer.

When they turn dow the light, I hear my battle symphony.

La pulpe des doigts de sa main gauche se déploya pour effleurer une joue, tendrement, en guise de salut. Les pensées de Liëen s’envolèrent tandis que ses doigts passèrent de la joue aux cheveux de la jeune endormie ( … ou pas ), caressant sa tête en un geste lent et paisible. Se détendant, il profita simplement de la sérénité des lieux et de la femme à ses côtés pour se ressourcer. Le silence était, dans ce genre de cas précis, une des plus grandes forces qui fût. Il passa un long moment sans bouger ( outre ses caresses dans les cheveux de cette… magnifique Immaculée ), sans rien dire. Dix minutes ? Deux heures ? La notion de temps lui était complètement sortie de la tête.

- « Chérie ?
- Non, pas maintenant. Je dors, là.
- Tu veux m’épouser ?
- … Qué ? »


Liëen souriait avec légèreté, aussi serein et paisible qu’à l’accoutumée. Sa caresse dans ces cheveux nacrés, douce, ne s’était pas arrêtée. Seule une pointe d’amusement avait traversé ses yeux, un très bref instant, à la première réplique de Nu Wa. Une réplique qui était, d’une certaine façon, devenue une habitude et qui l’amusait beaucoup. Il n’avait cependant pas laissé l’amusement nuancer d’une once la question sérieuse qui s’ensuivit. Ni la première réponse qu’il obtint.

If I fall, get knocked down, pick myself up off the ground.

Il resta serein et attendit, tout simplement.
Il attendait une réponse.

avatar
SH - Secrétaire Hihi
Qing Hŭ Nu Wa
Messages : 15
Date d'inscription : 23/09/2018

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 4 Nov - 12:54
» I do
I've never knew you were the someone waitin' for me
Darling, just kiss me slow, your heart is all I own
And in your eyes, you're holding mine

Rendez-vous dans la Forêt Occitane. La Forêt Occitane.

Nu Wa jeta un œil incrédule autour d'elle, partagée entre l'envie de rentrer chez elle et celle de retrouver Liëen, très vite, pour se blottir dans ses bras. L'endroit n'était pas spécialement accueillant, pas plus dangereux pour autant. Il ne lui fallût que quelques minutes pour que l'entrée de la forêt ne disparaisse derrière elle, à peine plus pour qu'elle sente une légère fatigue commencer à lui proposer de trouver un arbre confortable contre lequel s'écraser, le temps d'attendre Liëen. Fatigue ? Paresse ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Mais ses muscles lui semblaient bien assez noueux pour que la première hypothèse soit la bonne et elle s'empressa de se tapoter les joues, pour réveiller son esprit.

Ce n'est pas vraiment le moment de dormir. lui indiqua sa propre voix, dans sa tête.

Elle savait pertinemment que Liëen la retrouverait sans le moindre mal, et c'était probablement pour cette seule et unique raison qu'elle ne paniquait pas spécifiquement du manque d'indication entre eux deux. Elle y était habituée. Autant qu'il devait l'être. Le retrouver à un endroit spécifique ne lui serait pas plus utile que de simplement errer jusqu'à le rencontrer. Pourtant, l'idée à elle seule suffit à lui donner un peu plus envie de dormir, là, maintenant.

Désabusée, Nu Wa laissa un soupir excédé s'échapper de ses lèvres et s'avança en direction d'une petite ouverture où le soleil déposait une brume dorée sur l'écorce d'arbres que la mousse avait engagés. Assez frais pour qu'elle n'ait pas chaud, bien assez exposé pour qu'elle ne se sente pas étouffée par l'humidité dans l'air, l'endroit lui offrait une occasion en or pour se ressourcer un minimum le temps que Liëen ne la retrouve et elle joignit la pratique à la théorie une fois proche d'un arbre à l'écorce bien plus noueuse que toutes les autres.

Une fois confortablement allongée, le visage minutieusement à l'écart du soleil quand bien même elle lui laissait le loisir de réchauffer ses vêtements, Nu Wa s'abandonna au sommeil. Quelques minutes. Quelques heures. Elle n'en sut rien.
La caresse réconfortante de Liëen sur sa joue fut le détail qui l'arracha aux bras de Morphée et elle laissa le temps qu'il lui fallait s'écouler. Celui d'en profiter, un peu. De le sentir la retrouver, un peu. De l'aimer encore plus, un peu plus. Sa tendresse contre sa joue lui arracha un impalpable frisson et elle sentit quelques papillons danser dans son ventre lorsqu'il l'interpella de l'une des multiples façons qu'il avait de le faire. Sans qu'elle ne puisse jamais s'en lasser. Sans pourtant qu'elle n'ait envie de lui donner ce qu'il voulait.

Non. Pas maintenant. Elle n'en avait pas envie maintenant. Ou plus précisément... son corps ne ressentait pas le besoin de sentir celui de Liëen contre lui. Il n'avait encore rien dit ? Bien évidemment. Mais le réflexe lui était venu de façon aussi étrange qu'insensée, puisqu'il était bien question d'une chose que Liëen ne lui demandait jamais.

« Tu veux m'épouser ? »

La réponse fut instantanée.
Mauvaise mais instantanée. Ses immenses yeux impairs s'ouvrirent presque instantanément, soudainement bien réveillés alors qu'elle sentait son cœur s'élancer d'une toute nouvelle émotion. La joie ? Sûrement. Comme à chaque fois qu'elle le voyait.

L'envie de lui demander s'il était sérieux lui brûla les lèvres. Resta finalement une envie. Elle le savait. Elle le sentait. Il ne plaisantait pas plus qu'il ne doutait.
Alors, doucement, l'évidence fit rouler quelques petites larmes sur ses joues, brillantes d'un bonheur qu'elle laissa volontiers transparaître dans son sourire alors qu'elle glissait lentement ses doigts de son cou à ses joues.
Sa voix s'offrit à son oreille en un murmure que lui seul put entendre et elle perdit ses mains dans l'océan nacre de ses cheveux tandis qu'elle sentait son cœur retrouver le sien. Son âme embrasser la sienne. Leurs deux êtres tout simplement s'aimer comme eux seuls savaient le faire. Sans même se toucher.

« Oui. Yes. Sì. Kyllä. Já. Ya. Ye. Da. Dans toutes les langues du monde, Liëen, je le veux. »

Ses lèvres se perdirent finalement contre les siennes en un baiser délicat et elle appuya leurs deux fronts avant de rouvrir ses yeux pour partir à la rencontre de ceux qui la faisaient chavirer, à chaque fois qu'elle s'y perdait.
© Shae
avatar
AIAD - Ancien Insaisissable et Abordable de la DAT
Suüøniemison T. Liëen
Messages : 131
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 52
Localisation : Dans le monde.

Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 5 Nov - 16:11

©️ Yamashita sur épicode

And I will
drown in happiness




And my eyes are wide awake… !

Liëen souriait. Légèreté, sérénité, une certaine assurance aussi. La réponse à sa demande ne fut pas orale de prime abord, mais expressive. Ses yeux vairons s’étaient ouverts et Liëen plongea dans ces derniers sans restrictions, goûtant les réactions qu’il y vit. Surprise, étonnement. Passagers. Heureuse surprise. Plus longue. Puis… joie, bonheur. Débordants. Il continua de caresser ses cheveux alors que plusieurs perles salées s’écoulaient des yeux de sa dulcinée. Le sourire qu’elle lui offrit étaya le bonheur qu’elle irradiait et fit instantanément sourire Liëen avec plus de douceur tandis que la main de sa belle immaculée se perdit un instant dans son cou avant de caresser la joue de notre Ancien. Il se mit d’ailleurs à ronronner de bonheur comme il savait si bien le faire, un son qui en déstabilisait plus d’un à la DAT et qui lui avait valu comme surnom « l’Ancien Félin ». Inutile de dire ce qu’il en pensât.

If my armor breaks, I’ll fuse it back together.

Enfin, ces pensées s’évanouirent très vite dans son esprit vu qu’il était trop accaparé par son attente de réponse. Réponse qui lui parvint sous la forme d’un murmure, alors que deux mains entreprirent de caresser ses cheveux en ne le faisant ronronner que plus.

- « Oui. Yes. Sì. Kyllä. Já. Ya. Ye. Da. Dans toutes les langues du monde, Liëen, je le veux.
- J’en suis heureux, Nu Wa. Très heureux. »


La délicatesse du baiser qui s’ensuivit fit fleurir son coeur et sourire son âme, et c’est avec joie qu’il posa vaporeusement son front contre celui de sa… fiancée. Il sourit à cette pensée et son regard plongea à nouveau dans ces yeux vairons, dans lesquels il ne se lassait jamais de se noyer. Non, pas se noyer. Se baigner. Une caresse immatérielle pour laquelle il était impossible de déterminer le caressé et le caresseur. Un soupir franchit les lèvres de notre Immaculé, un soupir faisant sortir toutes les émotions qui menaçaient de le faire imploser – dont une… pointe de soulagement ? –, puis il entoura Nu Wa de ses bras et la serra chaleureusement contre son coeur, profitant de la douceur du soleil largement atténué par les ramures magnifiques des lieux. Leurs yeux étaient toujours les uns dans les autres, retrouvèrent sans mal l’essence et l’âme qui siégeaient en leurs abysses. La respiration de Liëen s’allégea, s’intériorisa avant de devenir complètement silencieuse. Le silence des mots, la richesse des gestes. Une des raisons qui expliquait pourquoi il aimait Nu Wa.

Bonheur, jalon, ouverture, découverte, cheminement. Harmonie. Leurs yeux se communiquaient tant que Liëen demeura silencieux, resta avec les lèvres closes. Son sourire et son regard en disaient bien assez. Comme la joie qu’il ressentait en ce moment-même d’avoir pu… duper sa secrétaire pour être ici. Hm. Chacun ses priorités… Son étreinte se resserra de peu, alors qu’il asseyait Nu Wa sur ses propres cuisses – rappelons que notre Ancien était assis en seiza. Sans lâcher son front, pas plus que ses yeux, il libéra une de ses mains pour la poser sur sa joue.

- « Tu veux mettre ta bague maintenant ou plus tard ? »

Oui. Oui monsieur Suüøniemison avait osé faire une demande en mariage sans présenter de bagues. Oui, monsieur Suüøniemison venait bien de dire « ta bague », parce qu’elle appartenait déjà à sa fiancée dans son esprit. Sa fiancée… hum, il y avait bien quelque chose qu’il n’avait pas du tout prévu. La cérémonie de mariage. Non qu’il n’était pas organisé, loin de là, il estimait juste que… ça se préparait à deux, pas tout seul. Mais peut-être était-ce là que son esprit arriéré…

- « D’ailleurs…, commença-t-il, ménageant une légère pause. Ah, allait-il poser la question pour la cérémonie de mariage ? … à quoi penses-tu en répondant ‘non’ ou ‘pas maintenant’ dès que je t’appelle ‘chérie’ ou ‘mon amour’… ? »

… Liëen.
L’art de savoir parler aux femmes.
Et l’art de savoir amener les… bonnes conversations… au mauvais moment.

avatar
SH - Secrétaire Hihi
Qing Hŭ Nu Wa
Messages : 15
Date d'inscription : 23/09/2018

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 11 Déc - 10:36
» I do
I've never knew you were the someone waitin' for me
Darling, just kiss me slow, your heart is all I own
And in your eyes, you're holding mine

Un mariage. Non, pas « un » mariage. Son mariage.
L'idée à elle seule faisait palpiter son cœur avec une force qu'elle ne lui avait jamais soupçonnée et, sans se poser la moindre question, Nu Wa s'abandonna à la kyrielle d'émotions qui s'imposait dans sa poitrine alors même qu'elle offrait son âme à celle de Liëen. Elle frissonna lorsque sa chaleur se mêla à la sienne, frissonna lorsqu'elle reçut les mots pourtant silencieux que son être tout entier vint déposer au creux de son oreille, frissonna, encore, lorsqu'il la serra un peu plus contre lui pour l'asseoir sur ses genoux. Ses lèvres s'étirèrent alors en un sourire aussi simple que profondément amoureux et elle perdit ses doigts dans ses cheveux, sans quitter son regard.

« N'offre-t-on pas généralement la bague au moment de la demande ? »

Ce n'était ni un reproche, ni une réelle question, davantage un « Oui. Très volontiers. » dissimulé sous la forme d'une taquinerie à laquelle ils avaient tous deux fini par s'habituer. Elle voulait la voir, la porter, observer ses doigts et se rappeler, lorsque ses yeux s'y glisseraient, qu'ils étaient désormais fiancés et que, d'une façon ou d'une autre, elle lui appartenait. Son amour lui appartenait. Son cœur, son âme et tout ce qu'elle était. Sans pourtant qu'elle ne se soit jamais sentie enchaînée. Sans qu'elle ne soit capable de quoique ce soit d'autre que de simplement aimer les dimensions que leur amour prenait.
Elle aimait la tendresse avec laquelle leurs âmes se retrouvaient, l'harmonie avec laquelle leurs cœurs chantaient, cette façon bien à deux de s'aimer sans pourtant se le dire à chaque fois que les occasions s'y prêtaient.

« D’ailleurs… à quoi penses-tu en répondant ‘non’ ou ‘pas maintenant’ dès que je t’appelle ‘chérie’ ou ‘mon amour’… ? »

Les joues de Nu Wa prirent une légère teinte rosée. À peine perceptible et pourtant cruellement visible. Synonyme de toute la gêne que cette simple question pouvait susciter. À quoi pensait-elle ? À de nombreuses choses. Sûrement trop de choses.

« Je... »

Sa bouche se referma. S'ouvrît. Se referma. Mentir était exclu et, quand bien même elle l'aurait voulu, Liëen la connaissait bien assez pour percevoir ses mimiques à chaque fois qu'elle détournait la vérité.

« C'est une habitude aussi... étrange qu'inconnue. Je ne sais pas vraiment d'où elle me vient. »

Elle marqua une courte pause, comme pour tenter de reculer l'échéance au maximum. Il sait que tu le fais. Et tu sais aussi qu'il ne t'en voudra pas alors arrête de chercher à le fuir et assume un peu ton esprit tordu.
Les lèvres de Nu Wa se retroussèrent en une moue gênée et elle laissa un profond soupir fuir ses lèvres, alors qu'elle enfouissait son visage contre le cou de son fiancé. ... Mon fiancé. Cette seule pensée apaisa la gêne sur ses joues et elle accueillit la nouvelle comme une caresse avant de finalement murmurer :

« Je veux simplement dire que je n'ai pas envie de faire l'amour. Même si parfois, pas tout le temps, j'en ai bel et bien envie. »

Une envie elle-même couplée à une paresse qui, bien trop souvent, l'amenait à simplement s'endormir contre Liëen sans chercher à obtenir ce qu'elle désirait.

« Mais tu me combles de bien d'autres manières alors... c'est peut-être ma façon à moi d'avoir de l'humour, je présume. »

Drôle d'humour, ma grande.
© Shae
Contenu sponsorisé

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum