Partagez
Aller en bas

 Rencontre romantique sous la flotte en pleine chaleur suffocante {.feat Reeds }

avatar
Dragon de l'Électricité
Khalessie Kristen E.
Messages : 17
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 19
Localisation : Quelque part

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 23 Sep - 20:35
Un timing implacable... connards



Il comprenait bien la nécessité de l’emmener faire une mission extérieur, on lui avait plusieurs fois répétait que malgré qu’il soit doué, son jeune âge le desservait. Mais franchement… le faire suivre une équipe de scientifique en plein milieu de la forêt amazonienne en pleins mois de Juillet… il fallait vraiment lui en vouloir personnellement là, ce n’était pas possible.
Il grogna, finissant de remonter son pantalon en toile noir et rangeant ses chaussures dans son sac afin de pouvoir rester au sec une fois arrivé à destination. Parce que oui, il avait fallut que le Temple que les abrutis de scientifique avait voulu examiner soit en plein milieu d’un marécage. Et il était persuadé qu’il y avait des bestiole étranges dans les marécages. Il n’avait absolument pas l’équipement pour lui, il y avait pas marqué « Je suis de l’armée avec un matos de dingue » sur son front. Il était un simple médecin interne que le tuteur de département avait voulu traumatiser. Et en plus, il avait comme un mauvais pressentiment.

Il réajusta son sac bien comme il fallait sur son dos avant de se lancer dans l’entreprise de traverser le marécage, la boue lui arrivant facilement à mi-mollet mais il suivit le groupe de scientifique sans aucun soucis. Mais sérieusement, quel besoin il y avait d’un médecin dans une telle expédition ? Enfin… il le savait bien mais c’était pour le principe. Parce qu’entre crapahuté dans la boue et les hautes herbes qui bougeaient parfois de manière suspecte, la chaleur était à proprement parler suffocante et il sentait déjà la sueur perler dans son dos. S’il n’avait pas eu autant de bienséance, cela ferait bien longtemps qu’il aurait ôté sa chemise, parce qu’il avait des manches longues lui !
S’il attrapait le gars responsable de sa mauvaise information quant à sa destination, il le transférait en ingrédient de pâté pour sous-bactérie de seconde zone.

Ils arrivèrent enfin dans le temple après une série de marche insupportable et il posa son sac à l’entrée alors que l’équipe se démenait déjà pour comprendre le fonctionnement de la porte. Observant les alentours d’un œil méfiant, il remontant les manches de sa chemise.
Certains « adultes » lui disait souvent qu’il était trop méfiant pour un « enfant » et surtout pour un interne en médecine. Il ne craignait rien après-tout dans ce métier. Mais lui pensait qu’ils étaient simplement des idiots trop confiant. Avec tout ces changements, il trouvaient qu’ils avaient juste tout intérêt à rester sur leurs gardes.  

Il y eut un léger tremblement et la lourde porte en pierre commença à s’ouvrir. Il haussa un sourcil face à la rapidité mais ne fit aucun commentaire, laissant les autres se réjouir dans un soupir. Ils étaient trop bruyants à son goût. C’était un peu comme quand il croisait par mégarde le fils de son référent en médecine… un vrai cauchemar.
Prenant le temps de se nettoyer les jambes et les pieds, il remit ses chaussures avant de hisser de nouveau le sac sur ses épaules, grimaçant à l’idée d’entrer à l’intérieur sans personne pour surveiller la sortie. Et s’ils ne pouvaient plus ressortir ensuite ? Trop pessimiste répondrait certain. Réaliste répondrait-il d’un ton stoïque. Mais encore une fois, il ne fit aucun commentaire.

Ils s’enfoncèrent un peu plus dans le dédale de couloir, s’éclairant maladroitement avant de tomber sur une grande pièce rectangulaire que les scientifique décrétèrent comme étant la « pièce centrale et principale ». Mouais… c’était juste une pièce de forme rectangle pour lui. Enfin, il fallait mieux pas les contrarier, il en avait pour une putain de semaine à les supporter. Et il en avait déjà marre.
Il estimèrent très vite que la pièce était parfaite comme base d’observation et commencèrent à installer leur équipement aussi divers que varié et il se calant dans un coin, jetant un regard noir à quiconque s’approcherait de trop près. Mais zone personnelle oblige et gare à celui qui y entrerait sans y être invité. Et gare à celui aussi qui avait l’idée de lui demander un coup de mains pour installer le matériel. Il était là pour soigner mais pas pour faire le larbin de type trop confiant et suffisant. Il ne fallait pas déconner.


Ils mirent plusieurs heures à tout installer, lui n’avait même pas défait ses affaires, assis en tailleur à même le sol il avait commencé à lire un épais traité en médecine. Le genre de livre parfait pour servir de massue sur le crâne de quelques importuns. Heureusement pour lui, et pour eux, personne n’avait eut l’idée idiote de l’approcher et de polluer sa zone de confort même s’il entendait les mauvaises langues y aller bon train. Comme s’il était sourd.
Enfin, Liëen lui avait demander d’escorter la mission et de soigner, pas de se montrer social et intéressé par leurs conneries. Bien heureusement.

Sa montre indiqua que le début de soirée approchait et il grimaça, levant les yeux vers le plafond. Ils n’avaient que la lumière artificielle et leur équipement mais rien pour leur indiquer ce qui se passait à l’intérieur et pire que tout, aucune porte de sortie d’urgence. Mieux fallait pas être claustrophobe.
Il se leva brusquement, saisi par un besoin soudain de sortir. Les autres étaient tranquille, prenant une pause et quelques uns rirent de son geste soudain mais il les ignora et, rangeant son livre, il se dirigea vers le couloir qu’ils avaient empruntés plus tôt pour entrer. Et c’est là que l’on apprécie le sens du timing des événements…  

Le temple se mit soudainement à trembler et on entendit comme une lourde porte qui tombait. Quelques bruits d’éboulement mais le plus inquiétant… un petit bruit d’écoulement. Et avec le résonnement dans les lieux, on l’entendait bien… un peu trop même.
Un nouveau tremblement et il se rattrapa maladroitement au mur pour ne pas tomber. Pour Kris’, à partir de ce moment là, ce fut le trou noir…

Il se redressa, se tournant vers l’équipe… qui paniquait. Il eut un sourire en coin. Un vrai nid de gros rats puants.

Calmez-vous, s’agiter ne feras qu’envenimer la situation. Il nous faut réfléchir et pour ça, rester calme. Dit-il tranquillement, restant bien à distance quand même.
Qu’est-ce qu’un gamin peut savoir de ça ?! Laisses les adultes responsable gérer ça !

Il haussa un sourcil, clairement agacé avant de s’appuyer contre le mur derrière lui à quelques pas de ses affaires, les regardant faire. Quelles bandes d’abrutis. Par contre il ne voulait pas s’éternisait ici, il n’avait qu’une vie et comptait bien la protéger.
La première chose qui restait à faire était de comprendre ce qu’il se passait mais pour cela, il fallait attendre que les tremblements qui se calmaient déjà s’arrêtent complètement afin de pouvoir circuler moins dangereusement.

Du coin de l’oeil, il vit un scientifique se ramasser de manière absolument épique, un craquement sonore retentissant et un angle étrange en prime au niveau de sa jambe.

Oh le tocard… commenta-t-il comme un simple constat sans importance.

Les tremblements cessèrent et il souffla de dégoût, récupérant ses affaires de soin avant de s’approcher du blessé.
A quelques seconde près, il n’aurait pas eut à jouer les docteurs. Si ce n’était pas triste ça…

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
C'est impossible, dit la Fierté
C'est risqué, dit l'Expérience
C'est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le Coeur
▬ William Arthur Ward
avatar
Centaure de l'Eau
Reed Matt
Messages : 31
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Sep - 5:52
Et on pagaie, on pagaie !Kristen & MattMatt fit mouliner ses épaules plusieurs fois tout en vérifiant qu’il avait bien toutes ses armes sur lui. Celles qui étaient visibles, comme son flingue, sa matraque et son bâton télescopique, comme celles qui étaient invisibles. Alias divers couteaux et poignards planqués, ainsi qu’une réserve d’aiguilles en acier renforcé tout aussi planquée. Ne précisons pas que cela faisait… hm… la neuvième fois qu’il faisait sa vérification. Le tout en moins de vingt minutes. Il fit glisser son sac devant lui et en extirpa un paquet de chamallows qu’il se mit à descendre, sous l’oeil exaspéré de ses deux larbins qui pagayaient toujours.

- Si je peux me permettre...
- Tu peux pas. Et na.
, ajouta fièrement Matt avec un sourire de gamin fier.
- … nous irions plus vite si vous nous aidiez.
- … bah tu sais, on irait déjà plus vite si vous étiez capables de synchroniser vos mouvements et de mettre plus de force dans vos gestes.
, dit-il sur un ton de gamin faisant le professeur, le doigt de la persuasion ponctuant ses paroles.

Continuant de manger les chamallows, il relut pour la énième fois son ordre de mission. ‘Se rendre ici ( voir croix sur la carte fournie ) et protéger l’équipe de chercheurs.’ Il ressortit la carte, ne sachant absolument pas où ils étaient censés être vu qu’il s’agissait d’une carte papier. Et vu qu’il ne savait pas non plus comment il était censé tenir la carte pour s’orienter. Contrarié, Matt gonfla les joues et rangea son paquet de chamallows. Il n’allait pas faire l’affront d’en manger alors qu’il commençait à être de mauvaise humeur, un peu de décence en ce bas-monde. Le paysage défilait lentement, trop lentement. Ils étaient trop lents, beaucoup trop lents, mais Matt ne fit aucun commentaire là-dessus. … ou pas.

- Plus vite, les feignasses ! Même un ourson en guimauve irait plus vite que vous !
- C’toi qui a pas voulu prendre de moteur…


Matt le regarda avec des yeux outrés et le tira sèchement vers l’arrière de la pirogue, lançant un regard noir à larbin numéro deux pour qu’il allât s’y réfugier de lui-même avant que Matt ne le balançât dans l’Amazone. Il se mit alors à pagayer avec vigueur, un sourire aux lèvres, tout en sifflotant joyeusement. En voyant que les deux larbins s’apprêtaient à s’emparer des pagaies, sans doutes parce qu’ils ne voulaient pas rester inactifs, Matt leur hurla littéralement dessus.

- Toi, pas touche ! J’ai dit pas t-… TOI TU VAS AU PANIER !, ordonna-t-il, le doigt de la persuasion ponctuant son deuxième ordre.

S’il n’avait pas lâché la pagaie, il s’était en revanche cassé la gueule en arrière et prit le bout du manche de la pagaie dans le menton. Le regard larmoyant, il se remit à pagayer et se mit à jouer les agents 007, parce qu’il y en avait plusieurs ( … chuuut, laissez-le croire ce qu’il veut… ), pour repérer toute trace de danger. Précisons tout de même qu’il était tellement discret que même une feuille morte l’aurait cramé à six kilomètres de là. Quand il vit la zone marécageuse mentionnée sur la carte, Matt se mit à applaudir bruyamment, manquant de se casser la gueule en rattrapant la pagaie, réussissant à la rattraper mais se cassa vraiment la gueule cette fois-là, souffle coupé par l’avant de la pirogue lui rentrant dans le torse.

- Aïïïïeeeeeeeeeuh ! Maiiiiis, c’est pas juste ! Moi je voulais juste manger des chamallows mais larbin numéro un est nul comme un café décaféiné e-… Je veux un café… et en plus larbin numéro deux est aussi désynchronisé que mon orteil droit et mon annulaire gauche..., chouina-t-il à un débit très… faible quand on connaissait ses capacités oratoires.

Inutile de préciser qu’il avait été à un cheveu de passer par-dessus bord et qu’il s’était remis à pagayer sans se redresser, mettant de plus en plus de vigueur dans ses mouvements pour atteindre la zone marécageuse. Il passa carrément par-dessus la pirogue quand il voulut l’arrêter au bord du fleuve et atterrit cul le premier dans les marécages. Il ne fit, cette fois, aucun commentaire. Son orteil droit et son annulaire gauche s’étaient vengés de l’affront que notre Bleuté leur avait fait et il était conscient qu’ils étaient dans leur droit. Il sortit ses jumelles de son sac, le refermant après, pour observer les alentours. N’empêche, il aurait aimé qu’ils s’abstinssent mais il les avait vraiment insultés les p-…

- LES FEIGNASSES BOUGEZ-VOUS ! L’équipe qu’on est censé protéger est entrée dans le Temple SANS NOUS !, dit-il sans bouger. Parce que lui avait déjà bougé, et vlan.

Devant l’absence de mouvements, il se retourna vers eux et vit au travers de ses jumelles qu’ils essayaient juste de correctement amarrer la pirogue. Lâchant une imprécation, Matt laissa les jumelles retomber autour de son cou ( il avait enfilé la lanière ) ( oui il était intelligent ) ( … par moments ) et s’empara de leurs poignets pour les tirer sur le chemin. Dans les faits, il s’empara de leurs poignets en se cassant la gueule sur la zone non-marécageuse, sorte de bande de terre séparant l’Amazone des marécages.

- LARBIN NUMÉRO DEUX, LES BALAYETTES SONT PROHIBÉES PAR LE CODE DU TRAVAIL !
- … t’es tombé tout seul, d’où tu m’ac-...


Il se tut lorsqu’il se fit sèchement tirer en avant. Matt se mit à courir dans les marécages, lâchant les deux larbins une fois que le rythme avait été imposé. Bon, courir n’était pas le terme exact vu le bourbier dans lequel ils étaient mais hey, ils ne pouvaient pas aller plus vite. Alors que notre bleuté glissa pour la énième fois, il chuta cette fois-ci en ligne droite dans la boue. … De la boue mouvante, tout à fait. Matt cligna des yeux durant sa chute et se réceptionna en position accroupie, faisant plusieurs bonds sur le côté pour mieux absorber le choc de la chute. Il inspecta la pièce autour de lui et se gratta la nuque. Il n’y avait aucune porte de sortie. Seulement un boyau, qui de toutes évidences était même pas assez large pour y faire passer son sac. Il enleva la tourbe de son visage puis de ses cheveux, parce que ses cheveux étaient sacrés. L’opération mit plusieurs heures tant Matt était minutieux et consciencieux. Totalement à côté de la plaque vu la situation mais hey… ne vous plaignez pas… Soudain, entendant un bruit étrange, il regarda autour de lui… et fit à temps un écart de côté. Deux pans du plafond laissèrent passer les deux larbins, en se refermant juste après et en les enfermant dans la foulée. Matt tapa du pied au sol.

- Vous en avez mis du temps ! ET J’SUIS PAS UN MATELAS D’ATTERRISSAGE ! Merde !

Il tourna les talons ou, plus exactement, leur tourna le dos pour chercher une porte de sortie alors que les deux larbins découvraient les lieux. Ce fut l’un d’entre eux qui fit remarquer à Matt le symbole étrange à côté du boyau. Tout sourire, notre bleuté lui tapota sur la tête.

- Bravo moussaillon ! En av-…

Il fut interrompu par un tremblement. Un tremblement de terre… ? Pardon ? Sa tête heurta le symbole qui s’enfonça dans le mur. Le boyau s’agrandit, juste assez pour les faire passer tous les trois. Ah, les violentes secousses n’avaient pas aidées sur le coup… surtout quand Matt constata que de l’eau commençait à remplir le boyau. Ah non, il ne vit pas l’eau monter vers eux. Elle descendait vers eux, venant de la pièce où ils étaient un peu plus tôt, et les submergea. Au moins ils étaient propres… Lorsqu’ils sortirent enfin du boyau, les tremblements ayant cessé depuis deux minutes bien qu’ils n’en surent rien, Matt fit à nouveau quelques sauts sur le côté et atterrit sans dommages, ayant pu observer la nouvelle pièce… nettement plus grande ( et plus habitée ) que la précédente. Les deux larbins se réceptionnèrent en roulé-boulé et observèrent les environs. Matt leva les yeux vers le boyau, au milieu d’un mur, d’où l’eau ne s’écoulait pas. Elle restait dans le boyau.

- Alors ça c’est vraiment pas cool…, constata-t-il gaminement avant de se retourner vers tout ce beau monde. COUCOU BONNE NUIIIIIT ! Ça va la vie ?
- Euh… vous êtes ceux qui sont envoyés par l’AUPE pour nous protéger ?


Matt fronça les sourcils, son éternel sourire de gamin toujours flanqué aux lèvres. Parce que ça ne se voyait pas assez vu leurs tenues et leurs armes ? Alors là il était carrément vexé. Il gonfla les joues, boudeur.

- D’accord, donc c’est vous. La porte du Temple est fermée, nous sommes bloqués ici.
- … et y en a pas un parmi vous qui a été foutu de surveiller l’entrée ?
, remarqua froidement Matt, perdant toute sa gaminerie d’un coup.

Il soupira grassement, secouant gaminement – chassez le naturel, il revient au galop – sa tête tout en croisant ses bras sur son torse. Il se tourna vers le boyau. Bon, il n’y avait que cette sortie alors… Le boyau n’était pas redevenu aussi étroit qu’avant, c’était déjà ça. Posant son sac à côté de lui, constatant enfin qu’il n’était pas mouillé alors qu’il aurait dû, Matt s’engagea dans le boyau… ou plutôt, il n’y engagea que sa tête en constatant qu’il ne pouvait plus faire marche arrière. Sa tête était bloquée. Et il se noyait, accessoirement. Les deux larbins le tirèrent de toutes leurs forces mais ce ne fut pas ça qui le fit sortir, ce fut un violent courant qui le propulsa à l’autre bout de la pièce. Violent courant qui n’était absolument pas visible. Il toussa, reprenant lentement sa respiration. Ok… Pas par là, alors. Ses chevilles lui faisaient mal mais vu comment les deux larbins avaient tiré dessus, rien d’anormal. Et rien d’insurmontable, surtout. Du reste, il n’avait rien. Exceptée la légère entaille sur sa joue mais ça il ne le savait même pas ; elle ne saignait pas. Il traversa la pièce tout en retrouvant une respiration normale, ouvrit son sac sans s’éloigner du boyau qui avait failli le tuer et en sortit son paquet de chamallows. Il avait besoin de sa dose de sucres. Et vu que les deux larbins s’activaient à chercher efficacement une sortie, il n’avait pas besoin de se décarcasser pour l’instant. Il savait qu’il pouvait compter sur eux.

Ou, plus exactement, eux savaient ce qu’ils risquaient s’ils ne se montraient pas efficaces, à ce stade de la mission.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
avatar
Dragon de l'Électricité
Khalessie Kristen E.
Messages : 17
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 19
Localisation : Quelque part

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Sep - 19:10
Un timing implacable... connards



Il commença le travail, sans vraiment d’entrain et avec des mouvements un brin plus brusques. Le blessé allait dire quelque chose mais se ravisa dès qu’il vit son regard meurtrier. Il leur avait dit de rester calme après tout alors ils n’avaient pas intérêt à venir le faire chier dans ce genre de situation.
Tout en s’attelant à remettre la jambe droite sans faire trop de dégâts supplémentaires, il fit semblant d’examiner un peu plus la formation de l’angle mais se concentra à déployer son aura le plus loin possible… et il n’aima pas ce qu’il trouva.

Un bruit le rappela à la réalité et il cessa son déploiement, aussitôt sujet à un étourdissement. Mais il était accroupi au sol et ses deux mains serraient fermement la jambe du blessé alors cela ne s’était sûrement pas vu. Un coup d’oeil en arrière lui indiqua la présence de trois nouveaux venus dont il reconnut facilement l’uniforme.
Il ne savait pas vraiment s’il devait s’en réjouir compte tenu de la situation. Il se concentra donc sur les soins.

Euh… vous êtes ceux qui sont envoyés par l’AUPE pour nous protéger ?

Il soupira, se retenant à grande peine de lever les yeux au plafond. Il était con ou quoi ? Il n’avait pas vu leur uniforme ? Sérieusement… et ça se disait scientifique… Bande d’abrutis sans cervelle oui. Les neurones devaient être paiement dans leur section, ce n’était pas possible autrement.

D’accord, donc c’est vous. La porte du Temple est fermée, nous sommes bloqués ici.
… et y en a pas un parmi vous qui a été foutu de surveiller l’entrée ?

Il ne put retenir un rire face à la question, reconnaissant la voix d’un des nouveaux venus même s’il ne pouvait pas le voir, étant dos à eux.

Ne leur en demandes pas trop, ils ne peuvent pas sauvegarder leur dernier neurone intact et penser à sécuriser une voie de sortie dans un lieu inconnu et potentiellement dangereux.

Et le pire c’était que ce devait être là une base primaire de l’instinct de survie. Mais ça aussi ce devait être en option vu la débilité dont ils avaient fait preuve durant les tremblements. Il lança un autre regard en arrière et un des militaires avait la tête dans… le boyau. D’accord… il ne devait pas vraiment avoir la lumière à tous les étages lui non plus… Il surveilla l’action du coin de l’oeil, se demanda comment allait réagir l’eau. Mais franchement, ce n’était pas prudent et il ne pourrait pas y faire… le militaire ressortit la tête à l’aide de ses deux collègues. Il soupira. Bien…
Il fit un autre geste brusque, ne s’en préoccupant pas puisqu’il avait bientôt fini les soins.

Fais gaffe ! Il n’y a pas…
La ferme, répondit-il au blessé d’un voix dure et peu engageante. À moins qu’ils aient emmené un médecin militaire dans leur équipe, et j’en doute sinon il serait déjà à nos côtés, je suis le seul médecin disponible. Alors je te conseille de ne pas me faire chier si tu veux garder ta jambe.
Je ferais un rapport !
Fais donc, il eut un sourire en coin. Je vais même te donner le nom de mon responsable pour t’aider : Liëen Suüøniemison.

Fermant l’attelle de fortune d’un geste sec, il jeta un regard au militaire bleuté, avisant son état d’un simple coup d’oeil mais aussi le grade visible sur l’épaulette. Capitaine donc… super. Il allait devoir faire avec.
Fouillant son sac, il en récupéra un pansement large et gélatineux.

Capitaine, attrape. Signala-t-il simplement en lui jetant le pansement, comptant sur ses réflexes automatiques. Pour ta joue, ça t’évitera une cicatrice.

Il n'était peut-être pas très correct à ne pas vouvoyer l'autre mais en même temps... c'était sorti tout seul. Et puis, il lui parlait poliment alors c'était déjà pas mal. Kris' aurait fait pareil... bien qu'il aurait quand même pris la peine de vouvoyer. Au pire tant pis, ce n'était qu'un détail. On est un peu con quand on est jeune.
Et il espérait vivement qu’après ça, il n’allait pas devoir jouer les Kris’ parce qu’il avait eu sa dose d’action médicale pour la journée là.
Il s’approcha un peu du boyau où le militaire avait enfoncé sa tête, prenant garde à ne pas être trop près quand même. C’était fou comme il n’aimait pas la tournure des choses.

Même si ce n’était qu’une ébauche de plan de ce qu’ils savent, avec la disposition des pièces, il y a possibilité d’avoir un souterrain… peut-être menant vers l’extérieur…
Et voilà le retour du gosse qui se la joue trop ! Occu-
J’ai mémorisé le réseau des couloirs connus, je peux partir en éclaireur pour aider si tu veux. Coupa-t-il en se tournant vers le capitaine, ignorant complètement le blessé qui commençait royalement à le faire chier.

Mais il ne pouvait rien faire sans que ça ne retombe sur Kris’ et il devait avouer qu’il ne s’était jamais rendu compte à quel point ça pouvait être difficile d’agir à seulement quinze ans dans ce secteur d’activité là, bien trop à l’aise dans sa partie du monde et se tenant habituellement loin de celle de sa moitié.
Il n’avait plus qu’à espérer que le Capitaine le prendrait un peu plus en compte que les scientifiques, ne serait-ce que pour envisager la simple possibilité de la chose. Au vu de leur situation, c’était la seule chose qu’il demandait. Il voulait rapidement sortir de là avant que Kris’ ne soit blessé et pour ça, il devait à tout prix éviter l’eau. Malheureusement, il avait la sensation que plus ils passaient de temps à l’intérieur de la bâtisse, plus ce serait compliqué.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
C'est impossible, dit la Fierté
C'est risqué, dit l'Expérience
C'est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le Coeur
▬ William Arthur Ward
avatar
Centaure de l'Eau
Reed Matt
Messages : 31
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 25 Sep - 22:49
Mais où t’as mis la pagaie ?Kristen & Matt- … et y en a pas un parmi vous qui a été foutu de surveiller l’entrée ?

Ce fut un rire qui lui répondit et Matt avisa un… adolescent qui soignait un scientifique. Un adolescent médecin, hein ? Pourquoi pas. Sourcil arqué par amusement, notre bleuté attendit une réflexion quelconque qui n’aurait pas manqué de l’amuser tout en profitant pour repérer discrètement les alentours. Une réflexion qu’il avait pas pensé entendre mais qui arriva bien assez vite.

- Ne leur en demandes pas trop, ils ne peuvent pas sauvegarder leur dernier neurone intact et penser à sécuriser une voie de sortie dans un lieu inconnu et potentiellement dangereux.

Hm. Matt n’empêcha pas un ricanement émerger de ses lèvres, de toutes façons il n’aurait pas pu. Il sourit ensuite et hocha gaminement la tête, satisfait par ce genre de réflexion. Ce genre de réflexion qui rappelait que l’âge n’avait pas d’importance quand la force de caractère et les connaissances étaient là. Que l’âge n’avait tout simplement pas d’importance quand c’était deux êtres qui communiquaient entre eux.

- Bah ils vont apprendre vite que soit ils font leur taf correctement, soit je leur fous une de mes lames entre les deux yeux., lâcha Matt en haussant les épaules.

S’il avait réussi à être Capitaine à son âge, outre le fait qu’il eût été passablement pistonné, c’était aussi parce qu’il était un fonceur. Il n’hésitait pas à recourir aux grands moyens et il n’avait aucun mal à mettre ses menaces à exécution, ce que certains de ses larbins avaient appris à leurs dépends. Bon, forcément que cela lui avait valu des sermons en aval mais… moins que s’il n’avait pas été dans la DAT. Et que s’il n’avait pas été pistonné par un Ancien, accessoirement. Enfin, il fallait trouver une sortie et vu qu’il n’y avait que le boyau…

***

Assis à côté du boyau, à environ un mètre du boyau pour être exact, il continuait son paquet de chamallows. Il avait besoin de sa dose de sucre pour réfléchir tout en ignorant les piaillements des scientifiques. Le médecin – parce qu’il n’y avait jamais une seule expédition sans médecins de toutes façons – était donc un apprenti de… Ouh. Sa valeur n’était donc pas à prouver. Un sourire s’étira au coin droit de ses lèvres. Matt était très satisfait d’avoir appris cette information. Les Anciens étaient toujours à la pointe des compétences de leur domaine. Poursuivant son observation sur les scientifiques, il remarqua que deux d’entre eux avaient brusquement fermé leur clapet à l’annonce de Liëen, ayant sans doute eu une réflexion similaire à celle de Matt. Seul un des quatre scientifiques se taisait depuis le début – enfin, depuis que Matt était arrivé du moins – et continuait d’inspecter la pièce et diverses inscriptions sur les murs. Sans doutes y avait-il des connaissances à engranger mais cela ne rentrait pas dans le domaine de compétences de notre Capitaine. Peut-être allait-il falloir prendre des photos et renvoyer le tout à l’EL, d’ailleurs. Les autres scientifiques… Matt soupira et enfourna un énième chamallow tandis que les deux larbins jetaient des regards méfiants aux alentours ainsi qu’aux trois couloirs qui desservaient l’actuelle pièce.

- Capitaine, attrape.

Notre bleuté attrapa l’objet par réflexe tout en arquant un sourcil. En reconnaissant l’objet, une lueur gamine passa dans ses yeux. Il n’était pas blessé, pourquoi diable lui en donner un ? Quoique… Il gonfla ses joues, boudeur. Il se savait résistant à la douleur ; à tous les coups il s’était blessé sans même le savoir.

- Pour ta joue, ça t’évitera une cicatrice.
- Le mur il est méchant, là…


… Ah, qu’est-ce qu’il disait… Il se toucha la joue droite… définitivement pas celle-là… puis la joue gauche. Ah oui, effectivement. Il appliqua le pansement sur sa légère entaille et descendit le dernier chamallow de son paquet, rangeant tous ces bouts de plastique dans la poche ‘poubelle’ de son sac. Il prit par la suite une bouteille d’eau de 33cl et en descendit la moitié. Bien. Il était désormais opérationnel. Il regarda le médecin s’approcher en penchant gaminement sa tête de côté. Il n’avait définitivement pas l’air d’être un simple adolescent. Pour être l’apprenti de Liëen, déjà… et pour arriver à supporter son caractère et sa philosophie… Quoique, plus Matt y pensait et plus il trouvait que Suüøniemison était simplement beaucoup plus dans le vrai que bien d’autres personnes. Ce fut le médecin qui le coupa dans ses pensées et Matt lui jeta un regard boudeur. Maiiis, ses pensées n’avaient pas demandé à être coupées comme ça, là…

- Même si ce n’était qu’une ébauche de plan de ce qu’ils savent, avec la disposition des pièces, il y a possibilité d’avoir un souterrain… peut-être menant vers l’extérieur…

Matt hocha la tête, notant l’information dans un coin de son cerveau avant de brusquement se lever et de toiser le scientifique qui râlait encore une fois. Toujours le même qui râlait et qui ne semblait pas correctement interpréter le sourire de ses deux larbins. Alias le sourire du ‘tu vas tellement prendre dans ta gueule si tu la fermes p-… Ah dommage, c’trop tard pour toi.’ et qui était amplement mérité.

- Et voilà le retour du gosse qui se la joue trop !

… qui se la joue trop ? Matt s’avança vers le scientifique et fit glisser un de ses couteaux dissimulé dans sa manche jusqu’à sa main. Un couteau à lame pliée dans le manche. Il sortit paisiblement la lame tout en s’avançant tranquillement – mais très rapidement – vers le scientifique.

- Occup-…, commença-t-il avant de se taire, la pointe du couteau entre les deux yeux. Simplement pointée, simple avertissement.

Le médecin ayant repris la parole, Matt se tourna de profil vers lui sans cesser de gainer son bras. Il appuya superficiellement la pointe de sa lame contre le front du scientifique quand il sentit qu’il était sur le point de vouloir re-parler mais sans plus.

- J’ai mémorisé le réseau des couloirs connus, je peux partir en éclaireur pour aider si tu veux.
- D’accord. Juste un instant.
, dit-il avant de regarder le scientifique dans le blanc des yeux. T’as été engagé dans cette expédition pour râler ? Non. T’es ici parce que ce temple est une aubaine scientifique et que tu as voulu l’étudier avec tes trois autres comparses. Donc tu fermes ta gueule et tu fais ce que tu as à faire. Je suis là pour vous protéger et donc vous trouver une sortie. Apprends à te concentrer sur ce qui relève de ton domaine de compétences., lança-t-il d’une voix calme et posée. Son ton gamin ne revint qu’après, avec sa bouille gamine toute contente. Et si tu t’avises de paniquer ou de crier encore une fois… hm… t’es privé de chamallows ! Et vlan.

Si les menaces de Matt n’étaient pas prises au sérieux, c’était parce que ses mots étaient clairement plus adoucis que ce qu’il avait en tête. Peut-être parce que sa bouille gamine le décrédibilisait aux yeux de beaucoup, si ce n’est pour ceux qui le connaissaient suffisamment. Peut-être… ? Qui sait. Et si ses mots avaient pu ne pas être pris au sérieux, la pointe de son couteau qui glissa lentement, au fil de son monologue, contre l’oeil de scientifique était plus qu’éloquente. Sur un sourire joyeux, il rangea son arme et se tourna de profil. Pour le scientifique et le médecin.

- Et je ne le dirais qu’une seule fois., ajouta-t-il d’une voix froide.

Puis il se mit à sautiller joyeusement et gaminement vers son sac, tout en étant silencieux – là était le vrai mystère – et reprit sa bouteille d’eau pour la descendre pleinement avant d’enfourner une sucette à la myrtille dans ses lèvres. Prenant la carte et un stylo, il la retourna du côté vierge et tendit le stylo au médecin.

- Tu peux me faire un plan des couloirs que tu as mémorisé ? Ou pas ?

Sa tirade avait eu l’effet escompté, les quatre scientifiques s’étaient mis à faire prélèvements et autres analyses. Précautionneux et minutieux dans leurs gestes. Comme quoi, dès qu’ils exerçaient dans leur domaine, de suite on comprenait pourquoi ils étaient scientifiques… N’ayant pas attendu que le médecin prît le stylo, s’il ne l’avait pas alors Matt l’aurait posé sur le dos de la carte au sol, il se releva en époussetant ses genoux avant de se tourner vers les larbins.

- Lequel de vous deux est en état pour une mission éclaireur ?
- Je suis pas mentalement en état pour ça. Si je reste ici à surveiller les environs et l’équipe, là ça ira.
- … sûr que ça ira si tu restes ?
- Sûr. Si je pars en éclaireur je risque de paniquer à la moindre trouvaille suspecte et personne n’a besoin de ça.
- Ok. Larbin numéro un, tu viens avec moi et le doc.
- D’accord.
- Larbin numéro deux, tu restes et si un des scientifiques ose paniquer, assommes-le. T’as ton talkie ?
- Oui.
- S’il se passe un truc, dis-le moi. Et gardes à l’oeil le boyau, des fois que…
- Ok.


Il prit automatiquement le couloir qui montait vers l’entrée du temple tout en inspectant minutieusement les couloirs et les éventuelles aérations. L’air n’était pas aussi saturé et irrespirable que la plupart des temples immergés, il y avait forcément une raison pour ça. À la recherche des symboles plus ou moins identiques que celui qui avait fait s’agrandir le boyau, Matt observait minutieusement tout autour de lui ; son rythme de marche étant forcément plus lent que sa vitesse de croisière. Pis de toutes façons, il se cassait la gueule tous les deux mètres alors…
©️ YOU_COMPLETE_MESS
avatar
Dragon de l'Électricité
Khalessie Kristen E.
Messages : 17
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 19
Localisation : Quelque part

Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 26 Sep - 8:28
Un timing implacable... connards


La réponse du flic de l’AUPE avait le mérite d’être claire et précise. Il ne put s’empêcher de jeter un regard en arrière pour voir celui qui avait parlé, un léger sourire moqueur aux lèvres. Il aimait bien sa philosophie à celui-là. Du moins, tant qu’il ne lui rajoutait pas du boulot.
Quoique, une lame plantée entre les deux yeux devait tuer sur le coup… et, avec un peu de chance puisque ce serait la faute de l’autre, il n’aurait pas à faire la paperasse concernant l’événement. Ce qui serait vraiment une joie.

***


Le mur il est méchant, là…

Il n’y avait pas à dire, le caractère du Capitaine semblait vraiment aléatoire. Enfin, il avait l’air de savoir ce qu’il faisait alors ce n’était pas franchement le plus important, il ferait avec le reste. Surtout qu’il n’avait pas le temps à faire le con et tenter de faire les choses seul, actuellement. Il s’approcha du boyau tout en étant à bonne distance, l’observant sans faire rien d’autre, au cas où…
Il fallait vraiment qu’il trouve un moyen de sortir de là, et vite. Aussi, il lui expliqua ce qu’il avait retenu -il bénissait la mémoire de Kris’ dans ce genre précis de circonstances- et l’hypothèse qu’il avait à ce sujet, en espérant que l’autre en prît un minimum compte.

Le blessé en remit une couche, il l’ignora, mais comme il faisait face au Capitaine il le vit bien dévier pour atteindre le scientifique. Sans réagir plus que ça, il continua donc comme si de rien n’était. Le reste n’était pas ses affaires, il ne s’occupait que des blessés, pas des débiles.

D’accord. Juste un instant.

Il soupira, mettant les mains dans les poches de son pantalon, observant attentivement la scène qui allait se jouer. Cela pourrait toujours servir plus tard.

 T’as été engagé dans cette expédition pour râler ? Non. T’es ici parce que ce temple est une aubaine scientifique et que tu as voulu l’étudier avec tes trois autres comparses. Donc tu fermes ta gueule et tu fais ce que tu as à faire. Je suis là pour vous protéger et donc vous trouver une sortie. Apprends à te concentrer sur ce qui relève de ton domaine de compétences.

Avec un peu de chance, il l’écouterait lui ne serait-ce que pour son grade car il avait l’air bien jeune lui aussi.

 Et si tu t’avises de paniquer ou de crier encore une fois… hm… t’es privé de chamallows ! Et vlan.

Il retint un rire mais un léger sourire en coin releva ses lèvres discrètement. Surtout que ça ne devait pas être facile d’être crédible tout les jours avec un tel caractère. Parler de chamallows en menaçant le gars d’un couteau… Comment diable voulait-il que l’autre se concentre sur ses paroles ? Il devait bien avoir trop peur de perdre un œil ou autre chose du genre.
Intéressant en tous cas. Il avait l’impression qu’il n’allait pas s’ennuyer en cherchant la sortie.

Et je ne le dirais qu’une seule fois.

Avec le sourire et voilà qu’il sautillait comme un lapin. Les deux autres de son équipe ne semblaient même pas surpris, ne serait-ce qu’un peu… eh ben, les missions devaient être folklos.

Tu peux me faire un plan des couloirs que tu as mémorisé ? Ou pas ?

Il ne prit pas la peine de répondre -pourquoi se perdre en paroles quand on pouvait simplement agir ?- , récupérant stylo et carte pour compléter, prenant même un style différent pour noter des entrées et couloir qui mènerait à des souterrains selon son hypothèse. Rien n’était moins sûr et c’était bien pour cela qu’il les avaient notés au crayon, que très légèrement pour donner une piste.
Par contre il espérait qu’il ne faisait pas cela pour le laisser en arrière -bien que normalement un médecin ne partait surtout pas en éclaireur- car sinon il risquait de faire un hachis de scientifiques. Enfin, ils semblaient enfin s’être mis au boulot et arrêter de le faire chier mais ne savait-on jamais...

Il regarda l’échange entre les membres des forces de l’ordre, un sourcil relevé devant tant d’abnégation. Chacun parlait clairement sans surestimer ses capacités quant à la situation. Il devait avouer qu’il était plutôt impressionné. C’était bien pour ça qu’être médecin militaire l’intéressait plus que dans le civil, ça partait moins en n’importe quoi.
Par contre, le supérieur avait bien parlé de l’emmener et il retient un soupir de soulagement, pliant trois cartes avant d’en donner une au militaire qui restait sur les lieux, puis une à… « larbin n°un » puis la dernière au Capitaine qui s’engouffrait déjà dans le couloir. Ils en avaient pas besoin s’ils restaient groupés mais on ne savait pas se qu’il pouvait se passer dans les couloirs alors mieux valait que chacun ait un plan approximatif des lieux sur lui. Quant à lui, il avait sa mémoire, c’était suffisant.

Ayant roulé la dernière carte, il tapa sur l’épaule du capitaine avec et se tenait raisonnablement loin derrière lui pour être certain de ne pas se prendre un réflexe conditionné en pleine figure simplement en voulant donner une carte en papier.
Il attendit qu’il se retourne pour la lui foutre littéralement sous le nez pour qu'il la prît.

La carte… j’en ai donné une à tes deux larbins. Les zones au crayon sont mes hypothèses.

Oui, il ne s’en faisait pas vraiment pour les noms ou dénominations manquantes. Mais les deux autres n’étaient pas gradés et il ne voyait pas leur nom inscrit sur leur uniforme alors… au pire, ils avaient qu’à se manifester.
Par contre…

Il faut trouver un moyen d’éviter l’eau…

Apparemment le Capitaine était passé au travers des filets mais lui, ce serait autre chose. Et puis, rien n’indiquait qu’elle n’allait pas recevoir d’autres « ordres » en sentant des présences supplémentaires et potentiellement inquiétantes pour le déroulement de leur plan.
Mais franchement, qui avait voulu le faire chier jusqu’ici ? Ils n’avaient pas autre chose à foutre ?
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
C'est impossible, dit la Fierté
C'est risqué, dit l'Expérience
C'est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le Coeur
▬ William Arthur Ward
avatar
Centaure de l'Eau
Reed Matt
Messages : 31
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 30 Sep - 17:15
Sous le grand cocotier...Kristen & MattFronçant les sourcils comme un gamin jouant sérieusement aux espions, Matt était l’affût du moindre symbole, de la moindre information à prendre pour pouvoir trouver une sortie. Aucun symbole ne ressemblait à celui qu’il avait heurté un peu plus tôt. Rasant les murs, et le sol vu qu’il se cassait la gueule en faisant soupirer d’exaspération larbin numéro un, il se releva devant une dalle… c’étaient quoi ces inscriptions ? Alors qu’il allait se pencher pour les examiner, il fit un coup de pied retourné par réflexe contre un… morceau de papier qui lui avait tapoté l’épaule ? Ah, la carte que le doc avait complétée plus tôt. Doc qui avait eu la présence d’esprit de garder une distance de sécurité… belle anticipation. Belle anticipation que Matt n’avait pas anticipée lui-même. Un visage de gamin surpris aux lèvres, il chuta lamentablement cul sur le sol.

- « Aïeuh… », chouina-t-il.

Larbin numéro un écrasait sa main sur son front en soupirant de plus belle. Boudeur, Matt gonfla les joues et s’apprêta à incendier son subalterne mais la carte dans laquelle il avait frappé eut la présence d’esprit – bonne ou mauvaise, à voir selon les points de vue – d’interrompre ses intentions en tombant sur son visage. Lâchant une imprécation, Matt l’en éloigna à temps pour voir larbin numéro un rigoler.

- « Vous êtes vraiment…
- TOI TA GUEULE !
, l’interrompit Matt en le frappant de la carte roulée qu’il avait en main.
- … très délicat, Capitaine. », dit-il, un sourire au coin des lèvres.

Matt le regarda avec une lueur de défi, sa bouille de gamin vexé et pas content du tout décrédibilisant son regard, et larbin numéro un leva ses yeux au plafond et reprit ses investigations. Notre bleuté jeta pour la forme un regard noir à larbin numéro un qui pouffait dans la barbe… qu’il avait, d’ailleurs. Pour une fois que quelqu’un avait une barbe… Sa main se resserra autour du morceau de papier… hum, pourquoi le doc lui avait donné un morceau de papier ? Matt savait très bien qu’il n’avait pas de traitement à prendre, en plus. Il n’était pas un peu trop pointilleux, ce doc ? Quoique, avec Suüøniemison en mentor, il ne devrait même pas s’étonner de ça, en fait… Boarf. Il penserait au doc plus tard, pour l’instant il devait se concentrer sur la mission. Et trouver une sortie, accessoirement. Ah oui. Morceau de papier. Carte. Ah… il avait besoin d’un café.

- « La carte…, commença à s’expliquer le doc. Notre bleuté reporta son regard sur lui. Évidemment, la carte. Crétin d’Matt... … j’en ai donné une à tes deux larbins. Les zones au crayon sont mes hypothèses.
- Ok. Merci, doc.
- Hey, les larbins ont des prénoms hein.
- Ah bon ? Depuis quand, larbin numéro un ?
, lança Matt avec sa bouille gamine toute mignonne, le sourire d’un enfant qui remporte une victoire facile.
- … celle-là est vraiment pas cool, Capitaine. », répliqua larbin numéro un avec un sourire joueur, léger.

Matt rit simplement puis reporta son attention sur la dalle aux inscriptions étranges. Une suite de symboles, aussi étranges que celui qu’il avait heurté mais… différents. À la fois semblables et différents. Notre bleuté plissa imperceptiblement les yeux. Dans ces moments-là, il maudissait ses supérieurs de ne pas lui avoir refilé un membre de l’EL. Un temple immergé, bon sang, qui d’autre à part un membre de l’EL saurait décrypter tout ce charabia, là ? Bande de déchamallowisés des artères. Ah, il avait besoin d’un café… serré… très très serré… Il se redressa et soupira, bouille de gamin très contrariée à l’appui. Tant pis, il allait devoir avancer à tâtons et faire des hypothèses extrêmes sur le moindre grain de poussière qui pouvait entraver sa route. Il évita soigneusement la dalle étrange et continua sa marche, tout en continuant d’observer les lieux et en se cassant la gueule de plus en plus fréquemment. Les murs avaient aussi des inscriptions, alternant avec de simples gravures dans la pierre. Lorsque Matt chuta pour la énième fois devant…  une dalle identique à celle qu’il avait vu un peu avant ? Curieuse coïncidence. Notre bleuté ne croyait pas en ce genre de coïncidences, surtout pas dans sa situation. Il s’assit en tailleur, prenant la position parfaite du Penseur de Rodin ( si on omettait ses jambes en tailleur, chut, laissez-le dans sa fierté de sale gosse ) tout en se plongeant dans une profonde réflexion qui était en fait une série d’anticipations. Le tout en dépliant la carte et en se familiarisant avec.

- « Il faut trouver un moyen d’éviter l’eau… »

Tout à ses réflexions, Matt se contenta de hocher la tête en reprenant la tête de leur petit groupe, après avoir roulé la carte l’avoir coincée à sa ceinture avec sa matraque. L’eau oui… en espérant qu’ils n’allaient pas en manquer et qu’ils pourraient sortir de ce maudit temple assez vite. Trouver une sortie, du moins, parce que l’idée d’être bloqués là-dedans ne le réjouissait guère. Et si en plus l’eau devait être un ennemi, alors là… Notre bleuté jeta un bref coup d’oeil au doc. Lui, il était méfiant. Ou sur ses gardes. Ou il avait juste besoin de chamallows, ce qui était parfaitement compréhensible vu la situation… La porte du temple, fermée, était désormais devant eux et Matt l’inspecta sans s’en approcher. Seules deux lignes de dalles les séparaient de la lourde porte en pierre. Notre bleuté se retourna souplement et, sans plus bouger, porta un regard au plafond. Larbin numéro un l’imita.

- « Capitaine, y a le même symbole que tout à l’heure ici !
- Où ç-… N’y touches pas abruti ! »


Trop tard. Il eut tout juste le temps de plaquer larbin numéro un contre la porte de son bras droit, lui coupant le souffle vu le bruit de respiration coupée qu’il émit. Son bras gauche se positionna devant le doc. Par réflexe. Il avait entendu un bruit, comme un roulement. Un effondrement, en fait… un trou apparu dans le sol, face à eux, et un autre dans le plafond. Un bruit d’écoulement ? Un véritable torrent d’eau se déversa dans le trou du sol et disparut sous un énorme rocher qui boucha le trou du sol. Rocher qui était tombé du trou du plafond. Matt soupira en se massant une tempe. De mieux en mieux… Il n’était pas blessé, le doc non plus, et larbin numéro un devait juste avoir le souffle coupé vu comment notre Capitaine l’avait placardé avec force. Pas de dommages, en soi, et tant mieux. Avec une bouille de gamin qui fait son professeur, notre bleuté rabroua son subalterne, le doigt de la persuasion ponctua ses paroles.

- « Ah la la… Surveilles ce que tu fais, c’est pas bien de pas consulter ses équipiers.
- En attendant, j’ai trouvé une sortie.
, répliqua-t-il calmement. Matt secoua la tête en signe de dénégation, comme un gamin très convaincu d’avoir raison.
- Non, tu nous as refilé une issue potentiellement mortelle de plus à surveiller.

Matt remarqua alors que les deux dalles aux symboles étranges délimitaient le trou. … Il retint les deux dalles et sortit son talkie en entendant larbin numéro deux essayer de le contacter. Et l’information qui lui donna fut brève. Courte et concise. Le boyau avec l’eau avait disparu. Une série de tremblements se fit de nouveau ressentir et Matt s’accroupit, se stabilisant au sol. Lorsque les tremblements cessèrent, moins d’une minute plus tard, il s’empara de son talkie vu que larbin numéro deux essayait encore de le contacter. Quoi encore ?

- « Capitaine, huit autres couloirs sont apparus.
- D’acc… HUIT ?! Comment ça, huit ?!
- Deux couloirs en descente douce, un couloir en descente raide. Le reste est plat.
- Les scientifiques ?
- Ils vont bien. Et vous ?
- Ça va. Juste d’étranges tremblements et après… huit couloirs, sérieux…
- … nous n’avons ressenti aucun tremblement, Capitaine. Juste huit couloirs qui sont apparus d’un coup, comme ça, pouf. »


Matt coupa la communication après lui avoir ordonné de rester vigilant et d’avoir envoyé larbin numéro un l’aider au cas où. Et l’aider à faire taire les scientifiques, aussi. Au cas où. Cela fait, Matt regarda devant lui. Il n’y avait plus aucune trace d’eau. Et pour avoir vu larbin numéro un escalader le rocher, ce dernier était stable. Tournant sa tête de côté en passant sa main dans ses cheveux, il remarqua qu’un pan du mur s’était effacé. Littéralement.

- « … Bouge pas, j’vais aller voir ça. », dit-il à l’adresse du doc.

Lorsqu’il entra, évidemment armé d’une lampe-torche, il ne vit qu’une petite pièce. Enfin… petite en largeur. Elle était longue, cela dit. Très longue. En face de lui, il comprit très rapidement qu’il avait une carte du temple gravée dans la pierre, tous les étages compris, tous les potentiels couloirs compris. Tous les pièges compris. Et tous les passages dérobés et autres machinations compris. Et il comprit aussi qu’ils étaient dans la merde ; les deux seuls autre moyen de sortie étaient la pièce pour où Matt était arrivé, désormais inaccessible, et les souterrains menant dans l’Amazone. Sauf que s’ils débloquaient les souterrains, ils allaient noyer le temple. Et se noyer avec, accessoirement.

- « Merveilleux… Doc, viens voir ! », dit-il, assez fortement pour que le doc l’entendît.

Et il y avait un autre problème. L'air de cette salle était sans doute le plus pur du temple. Alors où étaient ces fichues aérations ?
Ah, il était en manque de chamallows...
©️ YOU_COMPLETE_MESS
avatar
Dragon de l'Électricité
Khalessie Kristen E.
Messages : 17
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 19
Localisation : Quelque part

Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 6 Déc - 2:28
Un timing implacable... connards


Alors qu’il lui avait tendu la carte tout en se tenant à distance pour éviter un éventuel coup dû à un réflexe bien conditionné, le Capitaine eut le bon sens de tomber sur le cul dans un magnifique retourné. Bien… mais il n’avait pas franchement l’envie de s’appesantir dessus même si un léger sourire vint soulever un coin de ses lèvres, trahissant un léger amusement.
Une autre pseudo dispute s’engagea avec le larbin et il eut un léger soupir, se massant l’une de ses tempes. Pouvaient-ils avoir pitié de ses pauvres oreilles ? Déjà que le bruit de l’eau résonnant dans sa tête lui mettait les nerfs en pelote, cela n’arrangeait vraiment rien. Enfin, il se força au calme car l’inverse ne mènerait à strictement rien de bon. Ils devaient sortir d’ici au plus vite.

Ok. Merci, doc.

Il hocha la tête en guise de réponse puis haussa les épaules à l’intervention du larbin. S’il avait un nom et qu’il avait une langue pour lui signaler, alors il pouvait aussi prendre la peine de se présenter. S’il ne le faisait pas, il n’avait pas à se plaindre de ne pas être appelé par un nom qu’il n’avait pas donné.
Sérieusement, la logique humaine l’agaçait parfois.

Ses yeux s’arrêtaient souvent sur les symboles notés un peu partout dans la pierre et il en nota mentalement. Dieu merci il avait bonne mémoire alors cela lui serait facile de tout retranscrire plus tard, surtout que ce serait peut-être intéressant pour Liëen. Lui s’en moquait pas mal pour le moment, il avait d’autres choses à penser et bien d’autres chats à fouetter.
Le bleuté fit – encore – une chute avant de s’installer tranquillement devant une dalle et l’inscription dessus l’empêcha de lever les yeux au plafond. Bon… il le sentait plutôt mal… mais cet endroit lui disait rien qui n’allait de toute façon.

Le bruit de l’eau l’agaçant autant qu’il le stressait dans cette situation, il finit par dire à voix haute – ce qu’il n’avait pas vraiment compté faire – qu’il fallait vraiment mieux qu’ils évitent l’eau. Ce que le Capitaine devait avoir déjà remarqué de toute manière au vu de sa précédente petite aventure avec.
Quoique, avec la logique humaine, il avait le droit d’avoir quelques doutes…

Il contempla la porte du temple fermé avec un claquement de langue plutôt énervé sur le coup. Logique qu’elle le serait… tout ça à cause d’abrutis qui ne faisaient pas leur boulot correctement. Enfin, c’était aussi de la faute à Kristen qui avait suivi sans trop rien dire. Peut-être aurait-il vraiment dû sortir plus tôt finalement…
Même si ce n’était pas vraiment comme s’il pouvait faire comme il le désirait…

Capitaine, y a le même symbole que tout à l’heure ici !

Le même symbole ?
Il fronça les sourcil avant d’entre-ouvrir la bouche en sentant la connerie arriver.

Où ç-… N’y touches pas abruti !

Trop tard.
Il recula d’un pas par réflexe alors que le bras du capitaine se posait devant lui comme pour le protéger. Mais il ne s’en souciait pas, grimaçant plutôt à la vision du déluge qui se présentait devant eux. N’avait-il pas dit qu’ils devaient éviter l’eau ? Voilà qu’il était servi putain. Bon, ils étaient pas blessés, c’était l’essentiel. Sûrement…
Il poussa un léger soupir, lançant tout de même un regard noir au crétin qui avait appuyé n’importe où sans prévenir.

Ah la la… Surveilles ce que tu fais, c’est pas bien de pas consulter ses équipiers.
En attendant, j’ai trouvé une sortie.

Il leva les yeux au ciel. Là tout de suite, il commençait à retrouver ses envies de meurtres d’il y avait quelques minutes en compagnie des scientifiques.

Non, tu nous as refilé une issue potentiellement mortelle de plus à surveiller.

Il soupira. Au moins, ils n’étaient pas tous stupides, c’était déjà ça de pris.
Il s’accroupit près du trou formé, observant le coin avec attention. Ça ne lui disait vraiment rien mais en même temps, il ne s’y connaissait pas non plus. Il allait falloir qu’il s’y mît vraiment en langage ancien et tout le merdier… mais pas maintenant. Pour le moment, il devait s’occuper d’autre chose de bien plus important.

Huit couloirs ? Il haussa un sourcil en écoutant la conversation du Capitaine et son équipier. Voilà que les ennuis continuaient.
Finalement le bleuté renvoya son larbin et il se redressa, les mains dans les poches de sa blouse. Et maintenant ? Ils continuaient à chercher la sortie ? Pas qu’ils avaient le choix mais la carte ne servait plus à rien, il ne s’était pas franchement attendu à cela.

… Bouge pas, j’vais aller voir ça.

Ben voyons. Il soupira, hochant quand même la tête avant d’examiner un mur avant de s’y appuyer dessus d’un air pensif tout en regardant l’autre s’éloigner. Bon… Il ne voyait pas vraiment comment arranger les choses et encore moins comment sortir de là.
Il plissa les yeux quand le militaire alluma la lampe, fermant ensuite les yeux pour se les masser. Ça ne leur arrivait jamais de prévenir avant de faire ça ? Bon, il ne lui avait clairement pas fait dans les yeux mais le faisceau restait quand même « surprenant » pour lui.

Merveilleux… Doc, viens voir !

Silencieusement, il répondit à l’appel en rejoignant le plus âgé, toujours un air tranquille et décontracté alors qu’il ne l’était absolument pas, bien au contraire.
Une carte… dans la pierre… il fronça les sourcils, posa une main sur la paroi en pierre. De l’air pur, une carte… Une carte avec des détails… Hum…

Il soupira, passant une main dans ses cheveux. Il aimait beaucoup les trucs magiques et tout le toutim mais certainement pas quand il était en compagnie d’humain putain.

Capitaine…

Il tapota la carte à l’emplacement où il voyait la bouche d’aération la plus près, indiquant donc à l’autre un endroit assez vide mais à la configuration intéressante.

Vu l’air de l’endroit où nous sommes et la configuration de celui-ci, il se pourrait que nous trouvions un passage ici.

Bon, ce n’était pas très scientifique comme explication et peut-être un peu tiré par les cheveux mais comme l’autre lui avait fait « confiance » pour certaines choses et lui avait permis de l’accompagner, il aimerait bien que ça continue afin de pouvoir sortir.

On fait quoi ? On tente ?

Il haussa les épaules, toujours les mains dans les poches tout en contemplant son supérieur du moment. S’il ne voulait pas, il allait devoir sortir une explication plus… logique ? Ou un truc du genre et il n’avait plus vraiment la patience de faire des efforts. Ils pourraient aussi tenter une sortie tout seul mais il avait comme l’impression que Liëen n’allait pas lui laisser passer ça au vu de la situation merdique.
Allez, encore un peu de patience.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
C'est impossible, dit la Fierté
C'est risqué, dit l'Expérience
C'est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le Coeur
▬ William Arthur Ward
avatar
Centaure de l'Eau
Reed Matt
Messages : 31
Date d'inscription : 23/09/2018
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 7 Déc - 22:22
Et le croco l’a bouffée !Kristen & MattSi Matt remarqua que le regard noir que le doc lança à larbin numéro un, il préféra passer outre et réprimander son subalterne avec sa voix gamine qui faisait saigner le cerveau de ses supérieurs – ce qui l’amusait beaucoup, d’ailleurs. Cela fait, il laissa ses yeux dériver vers le sol et sa mémoire reconnaître un symbole tandis que le doc était apparemment occupé à soupirer son exaspération, à moins que ce ne fût de la frustration. Matt haussa les épaules à cette pensée tout en le regardant s’accroupir près du trou. Il se méfiait à ce point-là de l’eau ? Un petit son amusé émergea de ses lèvres fermées et étirées en un sourire à la fois gamin et joueur. Mignon. Mignon parce qu’évident. Ou alors, il cherchait s'il n'y avait pas des chamallows émergeant du rocher. Méfiant et malin, le doc...

- Tu pour-…, commença-t-il en se faisant couper par son talkie. Il leva ses yeux au ciel. Ah les larbins de nos jours… Bons à rien sans commandement…, soupira-t-il de son ton de gamin jouant aux professeurs dépassés.

Puis il décrocha. Et tomba accessoirement des nues.
Métaphoriquement, bien sûr. Bien sûr...

***


Matt sortit sa lampe torche en la braquant vers le sol, émettant un son se rapprochant d’un très bref rire amusé ( même si ses lèvres étaient toujours fermées ) en notant la vive réaction du doc qui était derrière lui. Il baissa donc l’intensité de sa lampe torche et disparut dans la pièce dérobée après avoir balancée une vanne aussi gamine que lui.

- « Tu dois aimer les salles d’opé’, toi. », lançat-t-il au doc.

D'accord, c'était carrément trop sarcastique pour être gamin... même avec une voix et une bouille gamines. Il considéra le mur face à lui, comprit bien vite qu’il s’agissait d’une carte. Il mit, en revanche, une bonne minute à comprendre que les souterrains du temple passaient en-dessous de l’Amazone et que deux temples bordaient le fleuve et étaient reliés par un réseau de souterrains encore plus piégés que les quelques bricoles qu’ils avaient pu avoir jusque là. Aucune issue possible ne lui venait… ou du moins pas tant que l’eau devait être considérée comme un ennemi. Penchant gaminement sa tête de côté, il appela le doc tout en tournant sa lampe-torche vers un recoin éloigné qui ne dérangerait pas le… hum, non, il ne pouvait pas dire « gamin » au vu de sa manière de s’adresser aux scientifiques. Et son calme. Hum… Adolescent évolué, peut-être ? EMPEREUR DES CHAMALLOWS ! Ouh, c’était une bonne idée ça ! La tranquillité de l’Empereur des Chamallows… hm, bonne idée peut-être mais c’était trop long… Il plongea dans une intense réflexion. Il pouvait lui demander son prénom. Mais c’était pas le moment. Donc… ce sera doc ou… C.I – lettres prononcées à l’anglaise. Ouais. C’était classe. Donc, la tranquillité de C.I envahit les lieux dès qu'il arriva dans la pièce. Une tranquillité doucereuse mais Matt était trop occupé à se glorifier d'avoir su trouver un surnom aussi génial pour le remarquer.

Un soupir le fit sortir de ses pensées et il vit C.I passer nonchalamment sa main dans ses cheveux, comme s’il était embêté que Matt fût aussi con. En même temps, s’il savait lire une carte il serait arrivé avant les scientifiques sur place. Alors si en plus on lui demandait de bien interpréter une carte qui avait l’air aussi ancienne… Sans chamallows pour carburant, c’était au-delà du spectre de l’impossible.

- Capitaine ?
- Non ?
, relança-t-il sur le ton du traditionnel ‘Oui ?’ ou ‘Je vous écoute, doc ?’, mais passons ses blagues de gamin vaseuses voulez-vous…

Il vit l’endroit que tapotait le doc et, au même moment, son talkie sonna en le faisant froncer les sourcils. Il leva une main au doc pour lui intimer d’attendre et prit son talkie… qui ne lui transmit aucun message. Allons bon.

- Imbéciles., murmura-t-il avant de reporter son attention sur le doc.
- Vu l’air de l’endroit où nous sommes et la configuration de celui-ci, il se pourrait que nous trouvions un passage ici., expliqua-t-il tandis que Matt se rapprochait de l’endroit.
- … C’est un des huit couloirs dont larbin numéro deux nous a p-… Wait. Wait wait wait. C’est un neuvième couloir ?, lança Matt, soupçonneux, avant de compter le nombre de couloir – mentalement – au moins sept fois. C'était un neuvième couloir.
- On fait quoi ? On tente ?

Matt ne répondit pas oralement, préféra se détourner de la carte pour sortir de la pièce pour signifier que sa réponse était « on tente ». Un énorme bruit sourd fit vibrer le sol durant deux secondes sans donner un nouveau tremblement de terre. Évidemment, le formidable équilibre de notre Capitaine le conduisit à tomber de tout son long sur le bas de l’encadrement de la porte – en pierre – qui lui coupa momentanément le souffle.

- Je veux du café… et des chamallows… très serré…, chouina-t-il.

Puis il se releva comme un gosse super fier de sa prouesse adroite et souple ( qui pouvait dérouter tant il était maladroit de nature ) et sautilla gentiment gaiement vers la pièce avec les quatre scientifiques et ses deux larbins… et il s’arrêta devant le fameux symbole repéré un peu avant. Il cligna des yeux.

- Il est passé où le trou dans le sol ? Et le rocher ?

Il eut une expression de gamin suspicieux avant de braquer un pistolet ( enfin… ses doigts disposés de manière à mimer un pistolet, plus exactement ) et jouer aux gamins-espions en rasant les murs. Et en se cassant la gueule tous les trois mètres, ce qui était un véritable exploit digne de rentrer dans le Livre des Records. Il se cassa la gueule en rentrant dans la pièce où tout le monde était… et se redressa tout en balançant son talkie sur larbin numéro un.

- Capitaine là ! J’ai rien fait !
- Si ! Le doc était en train de m’expliquer où se trouvait une potentielle sortie ET TU M’AS APPELÉ POUR NE RIEN DIRE ! C’est un crime. UN CRI-ME !!
- QUOI ?! Je vous ai appelé pour vous dire que j’ai dû assommer un scientifique !
- C’EST MÊME UN CRIME FÉDÉRAL !
- Capitaine, la France n’est pas un regroupement d’états fédérés…


Matt renifla dédaigneusement la réplique, une bouille de gamin pas content au visage, tout en récupérant son talkie et il s’assit près de son sac. Il prit son sachet de chamallows et s’en enfila trois avant de s'accroupir, adossé au mur, tout en boudant et en tournant la tête à ses deux larbins qui soupirèrent en haussant les épaules et en s’envoyant des regards exaspérés. Ce petit manège ne dura que quelques secondes.

- Vous avez donc trouvé une sortie ?

Matt retrouva une expression joyeuse, très très joyeuse et se releva d’un bond enthousiaste tout en serrant larbin numéro un dans ses bras.

- Ouiiiiiiiiii ! Le doc est génial, il a vu une aération que je n’avais même pas repérée sur la carte qu’on a trouvée !
- Étonnant quand on connaît votre capacité à lire une carte...
, marmonna-t-il avec un sourire moqueur.
- Ta gueule larbin numéro un., fit Matt tout en le faisant d’un flap flap de la main tout en restant aussi enthousiaste et en faisant reculer larbin numéro un de ses deux mains, qu’il garda sur les épaules de son subalterne. Et l’aération est dans le neuvième couloir qui part de cette pièce ! Faut juste le trouver !
- Oh, vous voulez parler du trou qui est apparu dans le plafond, là ?


Matt leva lentement son regard sur le trou dans le plafond, qui n’avait pas l’air bien haut parce qu’il pouvait distinguer le plafond du trou, puis descendit son regard tout aussi lentement vers larbin numéro deux… sur lequel il sauta en prenant sa gorge d’une main et son col de l’autre avec une telle force qu’il aurait pu étouffer son subalterne.

- Et tu ne m’as rien dit ?! Je t’ai ordonné de me rapporter toute nouveauté ! Espèce de traître à la patrie !!, lui siffla-t-il dans les oreilles.
- Je viens de le voir Capitaine ! ET LAISSEZ MES OREILLES TRANQUILLES !
- Baisses d’un ton le flic, y en a qui bossent ici !
, intervint un scientifique dont le pétage de tympans par larbin numéro deux n’avait pas été apprécié. Scientifique qui se prit un regard réfrigérant de Matt.
- Ta gueule toi, si tu bossais vraiment tu serais pas aussi aisément distrait. Y en a qui discutent ici nom d’une pluie volcanisée au sulfate de coude !, répliqua-t-il d’un ton ferme avant de prendre une voix de gamin très fier de la connerie qu’il lance en s’adressant à larbin numéro deux. Larbin numéro deux, puisque c’est comme ça tu passes le premier. Larbin numéro un, tu surveilles le scientifique assommé. Des fois qu’il pète un caprice en se réveillant, on sait jamais…, conclut-il en mangeant un de ses chamallows.

Il retourna à son sac pour aller boire de l’eau et rangeait sa bouteille d'eau alors que larbin numéro un levait les yeux au ciel en riant très légèrement, comme amusé par une situation qu’il avait déjà vécue. Matt lui renvoya un sourire amusé et particulièrement puéril, repéra son thermo de café dans un sourire enthousiaste à souhait et le sortit pour en avaler deux gorgées de café ( et ouais, il avait un thermo ! ) ( même si le café était tiède à défaut d’être chaud, depuis le temps… ). Il regarda larbin numéro deux balancer sauter pour attendre le trou – trop haut à l’évidence – puis revenir vers son sac en cherchant un grappin ou une corde et un objet qu’il pourrait transformer en grappin.

- Au fait, vous avez pu joindre la DAT, ou au moins rapporter la situation aux Anciens ?
- J’ai essayé. Et j’ai dû assommer un scientifique après.
, dit-il en fouillant dans son sac.

Matt ricana en imaginant la scène. Donc, ils pouvaient joindre personne d’ici…

Charmant.
Très charmant.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Contenu sponsorisé

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum